Elio Gabai : Différence entre versions

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne 1 : Ligne 1 :
en 1915 à Vienne, mort le 7 septembre 1981, Elio Gabai était un militant trotskyste français.
+
le 20 décembre 1915 à Vienne, mort le 7 septembre 1981, Elio Gabai était un militant trotskyste français.
  
== Biographie ==
+
==Biographie==
Il est né à Vienne de parents juifs sépharades installés dans l'Empire Ottoman, un père né à Constantinople, une mère a Roustchouk en Bulgarie. II vécut en ltalie, en Belgique et finalement en France. En 1931, au lycée Condorcet, il rejoint les faucons rouge, puis avec son ami Paul Parisot, aux Jeunesses Socialistes dans le 17éme arrondissement. En 1934, il rejoint le GBL (Groupe bolchevik-léniniste), le noyau des trotskystes entrés dans la S.F.I.O. qui éditaient La Vérité.
+
Il est né à Vienne de parents juifs sépharades installés dans l'Empire Ottoman, un père né à Constantinople, une mère a Roustchouk en Bulgarie. II vécut en ltalie, en Belgique et finalement en France. En 1931, au lycée Condorcet, il rejoint les faucons rouge à leur fondation en 1933, puis avec son ami [[Paul Parisot]], aux Jeunesses Socialistes dans le 17éme arrondissement. En 1934, il rejoint le GBL (Groupe bolchevik-léniniste), le noyau des trotskystes entrés dans la S.F.I.O. qui éditaient La Vérité.
  
 
Apres I' exclusion des Jeunesses socialistes de l'Entente de la Seine et de ses dirigeants, Gabai fut de ceux qui œuvrèrent à transformer le noyau parisien des J.S. en Jeunesses socialistes révolutionnaires (JSR). II fut élu au C.C. des JSR à leur congres des 30 et 31mai 1936, entrant au même moment au P.O.I.
 
Apres I' exclusion des Jeunesses socialistes de l'Entente de la Seine et de ses dirigeants, Gabai fut de ceux qui œuvrèrent à transformer le noyau parisien des J.S. en Jeunesses socialistes révolutionnaires (JSR). II fut élu au C.C. des JSR à leur congres des 30 et 31mai 1936, entrant au même moment au P.O.I.
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
II fut dès lors l'un des plus jeunes et des plus actifs dirigeants de cette organisation de jeunesses qui combattait pour construire la IVe Internationale : membre du bureau politique des JSR en 1937, membre du « secrétariat international » des organisations de jeunesses sous le nom de Gabard, Il était un des orateurs les plus connus des meetings révolutionnaires.
 
II fut dès lors l'un des plus jeunes et des plus actifs dirigeants de cette organisation de jeunesses qui combattait pour construire la IVe Internationale : membre du bureau politique des JSR en 1937, membre du « secrétariat international » des organisations de jeunesses sous le nom de Gabard, Il était un des orateurs les plus connus des meetings révolutionnaires.
  
II assurait depuis 1937 les liaisons avec la province et gagnait sa vie comme journaliste, rédacteur au service étranger de l'agence Havas, où il fit engager sa femme, Georgette Itkine, et son camarade de parti, Marcel Hic, avant d'être mobilise en 1939. A sa démobilisation en 1940, Elio Gabai fut l'un de ceux qui réalisèrent l'idée de l'un des leurs - Marcel Bleibtreu - en créant à Marseille une entreprise coopérative, le « Croquefruit », dont 90 % des travailleurs étaient des intellectuels ou des artistes, et dont le directeur commercial était le beau-frère d'Elio, le grand acteur et metteur en scène Sylvain ltkine, qui fut massacré en 1944 par des miliciens et gestapistes. Déjà licencié de philosophie, Gabai entreprit une licence d'allemand.  
+
Il entre en mai 1939 au Parti socialiste ouvrier et paysan comme la plupart des trotskystes français.
 +
 
 +
II assurait depuis 1937 les liaisons avec la province et gagnait sa vie comme journaliste, rédacteur au service étranger de l'agence Havas, où il fit engager sa femme, [[Georgette Itkine]], et son camarade de parti, [[Marcel Hic]], avant d'être mobilise en 1939. A sa démobilisation en 1940, Elio Gabai fut l'un de ceux qui réalisèrent l'idée de l'un des leurs - [[Marcel Bleibtreu]] - en créant à Marseille une entreprise coopérative, le « Croquefruit », dont 90 % des travailleurs étaient des intellectuels ou des artistes, et dont le directeur commercial était le beau-frère d'Elio, le grand acteur et metteur en scène Sylvain ltkine, qui fut massacré en 1944 par des miliciens et gestapistes. Déjà licencié de philosophie, Gabai entreprit une licence d'allemand.  
  
 
En 1942, Georgette et lui revinrent à Paris et reprirent le contact avec leurs camarades des JSR et du POI. Revenu à Havas en 1945, rédacteur à l'AFP, correspondant en Allemagne de la radio française, Gabai cessa de militer a cette époque : il élevait, en plus de ses deux garçons, la fille de Sylvain. Quittant le journalisme, il devint enseignant, professa à Lavoisier, Chaptal, puis, à partir de 1968 à l'Université de Tours. II pris sa retraite en 1977. Il continua à participer au CERMTRI jusqu’à sa mort.
 
En 1942, Georgette et lui revinrent à Paris et reprirent le contact avec leurs camarades des JSR et du POI. Revenu à Havas en 1945, rédacteur à l'AFP, correspondant en Allemagne de la radio française, Gabai cessa de militer a cette époque : il élevait, en plus de ses deux garçons, la fille de Sylvain. Quittant le journalisme, il devint enseignant, professa à Lavoisier, Chaptal, puis, à partir de 1968 à l'Université de Tours. II pris sa retraite en 1977. Il continua à participer au CERMTRI jusqu’à sa mort.

Version du 22 décembre 2019 à 14:58

Né le 20 décembre 1915 à Vienne, mort le 7 septembre 1981, Elio Gabai était un militant trotskyste français.

Biographie

Il est né à Vienne de parents juifs sépharades installés dans l'Empire Ottoman, un père né à Constantinople, une mère a Roustchouk en Bulgarie. II vécut en ltalie, en Belgique et finalement en France. En 1931, au lycée Condorcet, il rejoint les faucons rouge à leur fondation en 1933, puis avec son ami Paul Parisot, aux Jeunesses Socialistes dans le 17éme arrondissement. En 1934, il rejoint le GBL (Groupe bolchevik-léniniste), le noyau des trotskystes entrés dans la S.F.I.O. qui éditaient La Vérité.

Apres I' exclusion des Jeunesses socialistes de l'Entente de la Seine et de ses dirigeants, Gabai fut de ceux qui œuvrèrent à transformer le noyau parisien des J.S. en Jeunesses socialistes révolutionnaires (JSR). II fut élu au C.C. des JSR à leur congres des 30 et 31mai 1936, entrant au même moment au P.O.I.

II fut dès lors l'un des plus jeunes et des plus actifs dirigeants de cette organisation de jeunesses qui combattait pour construire la IVe Internationale : membre du bureau politique des JSR en 1937, membre du « secrétariat international » des organisations de jeunesses sous le nom de Gabard, Il était un des orateurs les plus connus des meetings révolutionnaires.

Il entre en mai 1939 au Parti socialiste ouvrier et paysan comme la plupart des trotskystes français.

II assurait depuis 1937 les liaisons avec la province et gagnait sa vie comme journaliste, rédacteur au service étranger de l'agence Havas, où il fit engager sa femme, Georgette Itkine, et son camarade de parti, Marcel Hic, avant d'être mobilise en 1939. A sa démobilisation en 1940, Elio Gabai fut l'un de ceux qui réalisèrent l'idée de l'un des leurs - Marcel Bleibtreu - en créant à Marseille une entreprise coopérative, le « Croquefruit », dont 90 % des travailleurs étaient des intellectuels ou des artistes, et dont le directeur commercial était le beau-frère d'Elio, le grand acteur et metteur en scène Sylvain ltkine, qui fut massacré en 1944 par des miliciens et gestapistes. Déjà licencié de philosophie, Gabai entreprit une licence d'allemand.

En 1942, Georgette et lui revinrent à Paris et reprirent le contact avec leurs camarades des JSR et du POI. Revenu à Havas en 1945, rédacteur à l'AFP, correspondant en Allemagne de la radio française, Gabai cessa de militer a cette époque : il élevait, en plus de ses deux garçons, la fille de Sylvain. Quittant le journalisme, il devint enseignant, professa à Lavoisier, Chaptal, puis, à partir de 1968 à l'Université de Tours. II pris sa retraite en 1977. Il continua à participer au CERMTRI jusqu’à sa mort.

Notes et Sources

Cahiers Léon Trotsky n°9, janvier 1982.