Domesticité

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un domestique, ou serviteur, travaille dans la demeure de son maître / employeur. Historiquement, l'apparition des domestiques suit celle des sociétés de classe, et les premiers serviteurs étaient des esclaves au service direct des classes dominantes (tandis que d'autres esclaves travaillaient dans la production). Les formes esclavagistes existent toujours aujourd'hui. Mais les sociétés bourgeoises ont eu tendance, dans les pays impérialistes, à normaliser la domesticité en l'encadrant, en définissant des règles, des salaires, et une « liberté » de quitter l'employeur.

La domesticité s'est généralisée dans la société bourgeoise du 19e siècle, où un nombre considérable de « gens de maison » contribuaient au niveau de vie et au raffinement des familles bourgeoises composant le capitalisme occidental. Cette remarque trouve un écho particulier dans l'Angleterre victorienne, qui avait codifié les rôles de la domesticité, du simple serviteur au cuisinier, du palefrenier jusqu’à la gouvernante ou au précepteur. Cette répartition des rôles était héritée de celle qui s'était mise en place dans les domesticités de la noblesse de cour ou de ville au 17e siècle.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

🚧 Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Révolution industrielle et domestiques[modifier | modifier le wikicode]

Sous l'effet de la révolution industrielle en Angleterre, puis dans le reste de l'Europe occidentale, une couche bourgeoise s'est développée et enrichie, et a cultivé un mode de vie donnant une large place au temps libre, ce dernier étant largement allégé des tâches domestiques au prix d'une exploitation de serviteurs.

Marx notait que d'après le recensement de 1861, il y avait 1 208 648 « esclaves domestiques » au service de la bourgeoisie, soit plus que la somme des ouvriers des mines (565 835), du textile (642 607) et de la métallurgie (396 998).[1]

Les jeunes filles de service engagées dans la petite classe moyenne s'appellent à Londres du nom caractéristique de « slaveys » (petites esclaves).

Législation contemporaine[modifier | modifier le wikicode]

L'Organisation internationale du travail a adopté la Convention no 189 pour les travailleurs domestiques en juin 2011. Le 26 avril 2012, l'Uruguay était le premier pays à ratifier cette convention. Le nombre de domestiques dans le monde a augmenté de 60 % entre 1995 et 2011, selon l'Organisation internationale du travail.

Notes[modifier | modifier le wikicode]