Émile Jalley : Différence entre versions

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(S.L Citation. Critique de la raison en psychologie)
(S.L. form plus lisible)
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 171 : Ligne 171 :
  
 
==''Wallon, lecteur de Freud et Piaget'', 1981==
 
==''Wallon, lecteur de Freud et Piaget'', 1981==
L'un des reproches que Wallon exprime à l'égard de la conception piagétienne, c'est d'interpréter l'apparition de la fonction symbolique dans le droit fil du schème moteur, en continuité avec la motricité inconsciente propre, en définitive, au comportement animal. Or, « l'esprit et le symbole » ne sauraient surgir du perfectionnement, par exemple sous la forme d'un accroissement de rapidité des conduites motrices, mais bien plutôt de l'échec, de la mise en déroute des programmes automatiques de comportement. C'est à ce point de rupture qu'interviendraient les apprentissages sociaux propres à l'espèce humaine, à ce être « génétiquement social » qu'est l'homme.
+
 +
L'un des reproches que Wallon exprime à l'égard de la conception piagétienne, c'est d'interpréter l'apparition de la fonction symbolique dans le droit fil du schème moteur, en continuité avec la motricité inconsciente propre, en définitive, au comportement animal. Or, « l'esprit et le symbole » ne sauraient surgir du perfectionnement, par exemple sous la forme d'un accroissement de rapidité des conduites motrices, mais bien plutôt de l'échec, de la mise en déroute des programmes automatiques de comportement. C'est à ce point de rupture qu'interviendraient les apprentissages sociaux propres à l'espèce humaine, à ce être « génétiquement social » qu'est l'homme.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 294-295
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 294-295
  
L'activité intellectuelle  ne peut être séparée, ni dans ses origines ni dans son fonctionnement actuel, de l'affectivité.
+
'''L'activité intellectuelle  ne peut être séparée, ni dans ses origines ni dans son fonctionnement actuel, de l'affectivité.'''
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295
  
Personnalité : caractère et intelligence. Le caractère s'enracine dans le système tonico-postural réglé par les sensibilités intéro-propioceptives (stade 1). Sa matière est l'affectivité, modulée par l'ambiance humaine (stades 2 et 4) et contrôlée par l'intelligence (stades 3 et 5). L'intelligence, qui dote la conduite de représentations, trouve ses origines dans l'interaction des sensibilités extéroceptives et de l'activité clonique (stade 3). Mais l'imitation ne devient représentation par le biais des attitudes et postures, des expressions émotionnelles, produits des interactions de l'affectivité et de l'entourage (stade 2). D'autre part la représentation ne s'achève que grâce au langage, dont la racine archaïque est l'émotion.
+
Personnalité : caractère et intelligence. Le caractère s'enracine dans le système tonico-postural réglé par les sensibilités intéro-propioceptives (stade 1). Sa matière est l'affectivité, modulée par l'ambiance humaine (stades 2 et 4) et contrôlée par l'intelligence (stades 3 et 5). L'intelligence, qui dote la conduite de représentations, trouve ses origines dans l'interaction des sensibilités extéroceptives et de l'activité clonique (stade 3). Mais l'imitation ne devient représentation par le biais des attitudes et postures, des expressions émotionnelles, produits des interactions de l'affectivité et de l'entourage (stade 2). D'autre part la représentation ne s'achève que grâce au langage, dont la racine archaïque est l'émotion.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295
Ligne 186 : Ligne 187 :
  
 
===Première Partie : La discussion entre Wallon et Piaget (1928-1970)===
 
===Première Partie : La discussion entre Wallon et Piaget (1928-1970)===
Abolir un des termes de la contradiction, c'est ce que fait le modèle piagétien d'une psychologie de l'intelligence, au lieu de confronter également celle-ci à la fonction antithétique que représente pour elle l'affectivité, dans le cadre global, comme le fait Wallon, d'une psychologie du développement de la personnalité. Une psychologie à laquelle manque un morceau de la réalité psychique est forcément partielle, partiale, abstraite.
+
 
 +
Abolir un des termes de la contradiction, c'est ce que fait le modèle piagétien d'une psychologie de l'intelligence, au lieu de confronter également celle-ci à la fonction antithétique que représente pour elle l'affectivité, dans le cadre global, comme le fait Wallon, d'une psychologie du développement de la personnalité. Une psychologie à laquelle manque un morceau de la réalité psychique est forcément partielle, partiale, abstraite.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 1.8 - La mise en place du modèle épistémologique définitif de Wallon (1941), p. 55
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 1.8 - La mise en place du modèle épistémologique définitif de Wallon (1941), p. 55
  
 
===Deuxième partie : Le thème de la dialectique chez Wallon et Piaget===
 
===Deuxième partie : Le thème de la dialectique chez Wallon et Piaget===
 +
 
Le noyau rationnel de la dialectique, que nous spécifions comme paradigme hégélo-marxien de la contradiction, se laisse envisager, en termes généraux, comme l'opposition des contraires au sein d'une unité. Or le paradoxe propre au processus de la contradiction dialectique, c'est de donner lieu à une définition marquée elle-même par la contradiction.
 
Le noyau rationnel de la dialectique, que nous spécifions comme paradigme hégélo-marxien de la contradiction, se laisse envisager, en termes généraux, comme l'opposition des contraires au sein d'une unité. Or le paradoxe propre au processus de la contradiction dialectique, c'est de donner lieu à une définition marquée elle-même par la contradiction.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 5.5 - Le paradigme hégélo-marxien de la contradiction, p. 209
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 5.5 - Le paradigme hégélo-marxien de la contradiction, p. 209
  
<nowiki>En fait, « la connaissance procède de l'action sur les choses avant de la guider.» Et la science en tant que « conscience des rapports entre le réel et la pensée », est adaptation active des cadres de la connaissance à l'objet, « réaction » des forces humaines en réponse aux forces de la nature, selon un cycle d'interactions. C'est "une création, non pas une continuité [E. J. : théorie de Descartes], mais perpétuelle et progressive qui rend compte à la fois du monde et de la science. Entre les deux, il y a continuité, « foncière identité ». C'est pourquoi, les lois de la pensée sont en homologie essentielle, en conformité avec celles de l'univers : « sans dialectique dans le monde, il n'y aurait pas de dialectique dans la pensée. Il faut bien que la pensée du monde soit inscrite par le monde dans la pensée ».</nowiki>
+
En fait, « la connaissance procède de l'action sur les choses avant de la guider.» Et la science en tant que « conscience des rapports entre le réel et la pensée », est adaptation active des cadres de la connaissance à l'objet, « réaction » des forces humaines en réponse aux forces de la nature, selon un cycle d'interactions. C'est "une création, non pas une continuité [E. J. : théorie de Descartes], mais perpétuelle et progressive qui rend compte à la fois du monde et de la science. Entre les deux, il y a continuité, « foncière identité ». C'est pourquoi, les lois de la pensée sont en homologie essentielle, en conformité avec celles de l'univers : « sans dialectique dans le monde, il n'y aurait pas de dialectique dans la pensée. Il faut bien que la pensée du monde soit inscrite par le monde dans la pensée ».
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, p. 256-257
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, p. 256-257
  
La psychologie, c'est-à-dire « l'étude de la vie mentale » y est donc définie, ceci pour la première fois par Henri Wallon comme « science de la nature et science de l'homme ». En fait, le but et l'objet de la psychologie se spécifient plus précisément comme « l'homme en contact avec le réel ».
+
La psychologie, c'est-à-dire « l'étude de la vie mentale » y est donc définie, ceci pour la première fois par Henri Wallon comme « science de la nature et science de l'homme ». En fait, le but et l'objet de la psychologie se spécifient plus précisément comme « l'homme en contact avec le réel ».
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
  
La psychologie qui s'intéresse à l'ensemble des capacités et des activités de contact de l'homme réel est donc « l'étude concrète d'une réalité concrète ». De ce point de vue, l'homme n'est pas tout fait. Il se construit au cours d'un processus de développement, qui élargit et enrichit son unité, à partir d'un double mécanisme de différenciation et d'intégration.
+
La psychologie qui s'intéresse à l'ensemble des capacités et des activités de contact de l'homme réel est donc « l'étude concrète d'une réalité concrète ». De ce point de vue, l'homme n'est pas tout fait. Il se construit au cours d'un processus de développement, qui élargit et enrichit son unité, à partir d'un double mécanisme de différenciation et d'intégration.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
  
De façon complémentaire, la psychologie se spécifie également comme « caractérologie », ou étude du caractère. En effet, le développement de l'être humain concret détermine la réalisation de son unité sous la forme d'un caractère. La psychogenèse es envisagée avant tout par Wallon, à la différence de Piaget, comme « croissance de la personne, développement proprement personnel, individuel ». À cet égard Wallon conçoit le caractère comme « la manière habituelle et constante de réagir propre à chaque individu ». En ce sens le caractère représente « l'indice individuel de chacun », où s'exprime « la totalité de la personne ». Il se définit encore comme « la formule pratique » de la personnalité, le mode particulier de conduites où s'actualise « le sentiment de personnalité ».  
+
De façon complémentaire, la psychologie se spécifie également comme « caractérologie », ou étude du caractère. En effet, le développement de l'être humain concret détermine la réalisation de son unité sous la forme d'un caractère. La psychogenèse es envisagée avant tout par Wallon, à la différence de Piaget, comme « croissance de la personne, développement proprement personnel, individuel ». À cet égard Wallon conçoit le caractère comme « la manière habituelle et constante de réagir propre à chaque individu ». En ce sens le caractère représente « l'indice individuel de chacun », où s'exprime « la totalité de la personne ». Il se définit encore comme « la formule pratique » de la personnalité, le mode particulier de conduites où s'actualise « le sentiment de personnalité ».  
  
Le caractère représente, à côté de l'intelligence, c'est à dire de la composante cognitive, la composante affective de la formation de la personne, dans le contexte de cette triple détermination biosociopsychologique des faits mentaux, ... »
+
Le caractère représente, à côté de l'intelligence, c'est à dire de la composante cognitive, la composante affective de la formation de la personne, dans le contexte de cette triple détermination biosociopsychologique des faits mentaux, ... »
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
  
 
===Troisième partie : Pour une critique de la psychologie contemporaine===
 
===Troisième partie : Pour une critique de la psychologie contemporaine===
Effectivement personne n'arrive à définir clairement ce qu'est une représentation, autrement que par référence à un ensemble de dénomination purement verbales, toujours plus ou moins empruntée au langage de l'informatique. Comme on le souligne ailleurs (Jalley, 2006, 14.7.), la tendance moderne, concernant la nature et la source de la représentation, semblerait avoir parcouru le chemin d'une critique de Piaget consistant d'une part à jeter par-dessus-bord le côté fort de la doctrine piagétienne, celui consistant dans le versant opératif du schème sensori-moteur et de ses dérivés (concept), et trouvant sa source directe dans l'action, d'autre part à valoriser le versant mineur d'une telle doctrine, l'aspect figuratif du schème et ses rejetons (image mentale), ce qui ne peut ramener le modèle de la représentation qu'à la source très ancienne, mais jamais tarie, de la doctrine empiriste et associationniste, quand ce n'est pas nativiste, offerte par la perception, et à la figure par sa sœur, la mémoire, devenue pour sa part - avec ses trois niveaux [Long Terme, de Travail, Court terme], le cheval de bataille de la psychologie cognitive moderne, ce qui est d'ailleurs n'est pas très nouveau non plus (Taine, Bergson).
+
 +
Effectivement personne n'arrive à définir clairement ce qu'est une représentation, autrement que par référence à un ensemble de dénomination purement verbales, toujours plus ou moins empruntée au langage de l'informatique. Comme on le souligne ailleurs (Jalley, 2006, 14.7.), la tendance moderne, concernant la nature et la source de la représentation, semblerait avoir parcouru le chemin d'une critique de Piaget consistant d'une part à jeter par-dessus-bord le côté fort de la doctrine piagétienne, celui consistant dans le versant opératif du schème sensori-moteur et de ses dérivés (concept), et trouvant sa source directe dans l'action, d'autre part à valoriser le versant mineur d'une telle doctrine, l'aspect figuratif du schème et ses rejetons (image mentale), ce qui ne peut ramener le modèle de la représentation qu'à la source très ancienne, mais jamais tarie, de la doctrine empiriste et associationniste, quand ce n'est pas nativiste, offerte par la perception, et à la figure par sa sœur, la mémoire, devenue pour sa part - avec ses trois niveaux [Long Terme, de Travail, Court terme], le cheval de bataille de la psychologie cognitive moderne, ce qui est d'ailleurs n'est pas très nouveau non plus (Taine, Bergson).
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 370
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 370
  
Alors que Piaget posait la double nature opérative et figurative de la représentation en privilégiant l'opérativité sur la figurativité, c'est-à-dire ''grosso modo'' le calcul logique, vecteur du signifié, pour venir informer l'image mentalee et le langage, supports du signifiant, le cognitivisme tend à privilégier au contraire les significations représentatives organisées par un calcul d'espèce plus automatique et plutôt moins riches que la composante logique piagétienne.  
+
Alors que Piaget posait la double nature opérative et figurative de la représentation en privilégiant l'opérativité sur la figurativité, c'est-à-dire ''grosso modo'' le calcul logique, vecteur du signifié, pour venir informer l'image mentalee et le langage, supports du signifiant, le cognitivisme tend à privilégier au contraire les significations représentatives organisées par un calcul d'espèce plus automatique et plutôt moins riches que la composante logique piagétienne. '''Le nouvel appareillage installé par la perspective cognitiviste est largement spéculatif.'''
 
 
Le nouvel appareillage installé par la perspective cognitiviste est largement spéculatif
 
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 371
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 371
  
...: on appelle aujourd'hui « modèles » ce que Platon appelait jadis « idées ».
+
...: on appelle aujourd'hui « modèles » ce que Platon appelait jadis « idées ».
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
  
...: pour Piaget, ce sont les opérations qui contraignent et informent les représentations, alors que c'est le contraire pour le cognitivisme.
+
...: pour Piaget, ce sont les opérations qui contraignent et informent les représentations, alors que c'est le contraire pour le cognitivisme.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
  
Le progrès technologique, dont il n'est pas évident qu'il s'identifie à un véritable progrès scientifique, au moins pour la psychologie, présente la particularité dans la période actuelle de s'accompagner d'une véritable régression philosophique.
+
Le progrès technologique, dont il n'est pas évident qu'il s'identifie à un véritable progrès scientifique, au moins pour la psychologie, présente la particularité dans la période actuelle de s'accompagner d'une véritable régression philosophique.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.2 - L'intelligence artificielle et les neurosciences comme modèle en psychologie objective, p. 394
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.2 - L'intelligence artificielle et les neurosciences comme modèle en psychologie objective, p. 394
  
Il ne suffit pas de faire des expériences, il faut aussi avoir le talent d'en extraire les résultats et de les commenter avec pertinence et sagacité.
+
Il ne suffit pas de faire des expériences, il faut aussi avoir le talent d'en extraire les résultats et de les commenter avec pertinence et sagacité.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 405
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 405
  
La science n'est pas toujours une langue bien faite, bien loin de là.
+
La science n'est pas toujours une langue bien faite, bien loin de là.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 406
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 406
  
Une autre idée très étrange de Descartes, c'est que les grandes inventions sont le fait de l'homme solitaire, ce qui est fondamentalement vrai, même si cette idée n'est pas très populaire aujourd'hui. [...]. L'idée connexe de celle-ci chez Descartes, et qui est très provocante, c'est que l'erreur quand elle se produit, est d'autant plus massive que le groupe est grand. La foule ne corrige jamais l'erreur, au contraire elle la multiplie. Point de vue qui n'est pas non plus très populaire chez les psychologues actuels qui croient au contraire dur comme fer dans la véracité foncière de la démocratie groupale.
+
Une autre idée très étrange de Descartes, c'est que les grandes inventions sont le fait de l'homme solitaire, ce qui est fondamentalement vrai, même si cette idée n'est pas très populaire aujourd'hui. [...]. L'idée connexe de celle-ci chez Descartes, et qui est très provocante, c'est que l'erreur quand elle se produit, est d'autant plus massive que le groupe est grand. La foule ne corrige jamais l'erreur, au contraire elle la multiplie. Point de vue qui n'est pas non plus très populaire chez les psychologues actuels qui croient au contraire dur comme fer dans la véracité foncière de la démocratie groupale.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 410
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 410
  
Le sentiment que tout est mortel n'ouvre la porte à aucune espèce de pitié, il renforce encore davantage le penchant à la cruauté.
+
Le sentiment que tout est mortel n'ouvre la porte à aucune espèce de pitié, il renforce encore davantage le penchant à la cruauté.
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 413
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 413
  
Le public cultivé actuel pompe à grands traits de la mamelle américaine ce qu'il croit de bonne foi, sur le crédit de journalistes connus, le vrai lait de la science
+
Le public cultivé actuel pompe à grands traits de la mamelle américaine ce qu'il croit de bonne foi, sur le crédit de journalistes connus, le vrai lait de la science
  
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 416
 
*''Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 416
Ligne 261 : Ligne 263 :
  
 
====La psychologie cognitive (chapitre 13)====
 
====La psychologie cognitive (chapitre 13)====
... les trois principaux événements institutionnel [...] qui ont marqué l'apparition du mouvement cognitiviste : le symposium sur la théorie de l'information organisé au MIT en 1956 avec N. Chomsky, A. Newell et H. Simon, ainsi que G. Miller, la conférence sur les machines informatiques intelligentes organisée la même années au Dartmouth College de Hanover toujours avec Newell et Simon, ainsi que M. Minsky et J. McCarthy, et enfin la création à Harvard du Center for Cognitive Studies en 1960 par Jerome Bruner et Georges Miller.
+
 +
... les trois principaux événements institutionnel [...] qui ont marqué l'apparition du mouvement cognitiviste : le symposium sur la théorie de l'information organisé au MIT en 1956 avec N. Chomsky, A. Newell et H. Simon, ainsi que G. Miller, la conférence sur les machines informatiques intelligentes organisée la même années au Dartmouth College de Hanover toujours avec Newell et Simon, ainsi que M. Minsky et J. McCarthy, et enfin la création à Harvard du Center for Cognitive Studies en 1960 par Jerome Bruner et Georges Miller.
  
 
*''La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France'', Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 250
 
*''La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France'', Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 250
  
Le développement accéléré de l'informatique au cours de ces dernières décennies, en posant des problèmes technologiques de stockage et de récupération de l'information, introduisit la notion de '''système de traitement de l'information''', rapidement assimilée par la psychologie, dans une perspective consistant à considérer, de manière analogique, l'homme comme un système particulièrement complexe de traitement d'information. Cette représentation du sujet humain comme système de codage et de traitement de l'information (''general problem solver'', GPS) s'appuiera tout naturellement sur le '''modèle de l'ordinateur'''
+
Le développement accéléré de l'informatique au cours de ces dernières décennies, en posant des problèmes technologiques de stockage et de récupération de l'information, introduisit la notion de '''système de traitement de l'information''', rapidement assimilée par la psychologie, dans une perspective consistant à considérer, de manière analogique, l'homme comme un système particulièrement complexe de traitement d'information. Cette représentation du sujet humain comme système de codage et de traitement de l'information (''general problem solver'', GPS) s'appuiera tout naturellement sur le '''modèle de l'ordinateur'''
  
 
*''La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France'', Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 251
 
*''La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France'', Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 251
Ligne 272 : Ligne 275 :
  
 
=== Sur la [[Méthode globale|méthode globale en lecture]] : ===
 
=== Sur la [[Méthode globale|méthode globale en lecture]] : ===
« En ce qui concerne les deux méthodes fondamentales d'approche de la lecture, par l'apprenti aussi bien que par l'adulte, on ne nous en rapportera qu'un aspect factuel et relativement peu significatif, tellement technique que l'importance de l'enjeu en est complètement occultée.
+
 
 +
<blockquote>« En ce qui concerne les deux méthodes fondamentales d'approche de la lecture, par l'apprenti aussi bien que par l'adulte, on ne nous en rapportera qu'un aspect factuel et relativement peu significatif, tellement technique que l'importance de l'enjeu en est complètement occultée.
  
 
Tout ce qui nous sera dit, c'est que les processus impliqués par la lecture ne sont pas aujourd'hui encore complétement connus, mais qu'en tout cas, la belle affaire !, « une approche globale pour les mots irréguliers, alors que les pseudo-mots seraient lu de manière analytique » (G 239 - Gilles, P-Y. & al (1999) 'psychologie différentielle'. Bréal).
 
Tout ce qui nous sera dit, c'est que les processus impliqués par la lecture ne sont pas aujourd'hui encore complétement connus, mais qu'en tout cas, la belle affaire !, « une approche globale pour les mots irréguliers, alors que les pseudo-mots seraient lu de manière analytique » (G 239 - Gilles, P-Y. & al (1999) 'psychologie différentielle'. Bréal).
Ligne 290 : Ligne 294 :
 
Un aspect pittoresque aussi de cette question réside dans le fait que Wallon était partisan de la « méthode globale » dans l'apprentissage de la lecture, dont il a introduit en France la notion sous l'influence de l'éducateur belge Ovide Decroly.
 
Un aspect pittoresque aussi de cette question réside dans le fait que Wallon était partisan de la « méthode globale » dans l'apprentissage de la lecture, dont il a introduit en France la notion sous l'influence de l'éducateur belge Ovide Decroly.
  
Mais en revanche, ce qui reste ignoré, c'est que le processus d' « expertise » aurait pu s'introduire dans les instances publiques, voici des années (quand ?) la condamnation massive et sans nuance d'une 'soit disant et mythique méthode globale', dont j'ai tendance à penser personnellement qu'elle pourrait bien être due au rejet du soit-disant « marxisme » de Wallon, y compris au niveau de plan Langevin-Wallon, dont l'application a toujours été différée. Des recherches complémentaires seraient bien venues sur ce sujet. »
+
Mais en revanche, ce qui reste ignoré, c'est que le processus d' « expertise » aurait pu s'introduire dans les instances publiques, voici des années (quand ?) la condamnation massive et sans nuance d'une 'soit disant et mythique méthode globale', dont j'ai tendance à penser personnellement qu'elle pourrait bien être due au rejet du soit-disant « marxisme » de Wallon, y compris au niveau de plan Langevin-Wallon, dont l'application a toujours été différée. Des recherches complémentaires seraient bien venues sur ce sujet. »</blockquote>
  
 
* Jalley, É (2007). Critique de la raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ? (p. 291-2). L'Harmattan.
 
* Jalley, É (2007). Critique de la raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ? (p. 291-2). L'Harmattan.
 +
 +
=== Neuroscience et sciences cognitives ===
 +
 +
« Il semble que la psychologie contemporaine ait à se situer, ce qu'elle fait avec toutes sortes de difficultés, entre ces 'deux paradigmes à certains égards contradictoires', l'un technologique ('esprit-ordinateur'), l'autre biologique ('esprit-cerveau'), avec pour zone maximale de confusion le modèle esprit-cerveau ordinateur, où l'esprit est assimilé à un cerveau et tous deux ordinateurs, sous le chefs fallacieux de la notion omnibus de « système de traitement de l'information », dont il existe aujourd'hui un usage illicite - Kant disait « transcendental » -, dans le cadre d'une métaphysique scientiste, qui outre passe la légitimité de son usage scientifique. On trouve déjà ces deux modèles antithétiques dans la démarche de Freud créant la psychanalyse, avec la double métaphore de l'appareil optique (photographique et télescopique) et la forme vivante (amibe, boule primitive de la Vie, etc.).»
 +
 +
* Jalley, E (2007). Critique de a raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ? (p.327). chap 11, Neuroscience et sciences cognitives. L'Harmattan.
  
 
<br />
 
<br />
 
==''Six Manifestes contre le DSM'', 2011==
 
==''Six Manifestes contre le DSM'', 2011==
… la configuration des divers visages de l’empirisme nord-américain. En font partie, comme source des contenus d’idées, l’empirisme, l’associationnisme, le pragmatisme, le positivisme logique, la philosophie analytique, le modèle courant de la techno-science, le poppérisme, et bien entendu le néolibéralisme économique, tous plus ou moins les fantassins de la même armée de coalition. Telle est l’hydre de Lerne dont il conviendrait de trancher d’un coup toutes les têtes , pour qu’aucune ne repousse, …
+
 +
… la configuration des divers visages de l’empirisme nord-américain. En font partie, comme source des contenus d’idées, l’empirisme, l’associationnisme, le pragmatisme, le positivisme logique, la philosophie analytique, le modèle courant de la techno-science, le poppérisme, et bien entendu le néolibéralisme économique, tous plus ou moins les fantassins de la même armée de coalition. Telle est l’hydre de Lerne dont il conviendrait de trancher d’un coup toutes les têtes , pour qu’aucune ne repousse, …
  
 
*''Six Manifestes contre le DSM'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2011, vol. 1, p. 15
 
*''Six Manifestes contre le DSM'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2011, vol. 1, p. 15
  
 
==''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', 2013==
 
==''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', 2013==
De même que la démarcation entre science et idéologie n'est pas toujours si claire, celle entre science et philosophie non plus.
+
 
 +
De même que la démarcation entre science et idéologie n'est pas toujours si claire, celle entre science et philosophie non plus.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 231
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 231
  
La science pure et dure est rarement exempte d'une philosophie implicite, dont la distinction avec l'idéologie vulgaire fait parfois prob..
+
La science pure et dure est rarement exempte d'une philosophie implicite, dont la distinction avec l'idéologie vulgaire fait parfois prob..
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 232
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 232
  
Le terme d'« autisme » est un nom qui renvoie à des réalités anciennes et actuelles très différentes.
+
Le terme d'« autisme » est un nom qui renvoie à des réalités anciennes et actuelles très différentes.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
  
..., dans le champ « psy », ce qui est valable pour un invividu ne l'est pas forcément pour tous. Et ce qui vaut pour beaucoup ne s'applique pas forcément à tous les cas singuliers.
+
..., dans le champ « psy », ce qui est valable pour un invividu ne l'est pas forcément pour tous. Et ce qui vaut pour beaucoup ne s'applique pas forcément à tous les cas singuliers.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
  
Dans le champ « psy » enfin, il n'y a pas de vérité absolue, mais que des vérités relatives, susceptibles dans certains cas de se composer, de se compléter, mais dont chacune n'est qu'un mi-dire s'appliquant à pas-tou(te)s.
+
Dans le champ « psy » enfin, il n'y a pas de vérité absolue, mais que des vérités relatives, susceptibles dans certains cas de se composer, de se compléter, mais dont chacune n'est qu'un mi-dire s'appliquant à pas-tou(te)s.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
  
La pratique régulière de la philosophie donne des instruments de répartie dans la lutte idéologique et la confrontation critique avec les adversaire de « thèses » opposées. Faute de quoi on est condamné à rester muet devant les combattants les plus effrontés et à l'envi introduits dans le discours médiatique ambiant.
+
La pratique régulière de la philosophie donne des instruments de répartie dans la lutte idéologique et la confrontation critique avec les adversaire de « thèses » opposées. Faute de quoi on est condamné à rester muet devant les combattants les plus effrontés et à l'envi introduits dans le discours médiatique ambiant.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
  
On se dit entre soi que l'on ne répond pas aux imbéciles. Ce qui est une erreur : il faut essayer de les écraser, de leur faire mordre la poussière sans honte, ni remord. Ainsi faisait le chevalier Bayard sans peur ni reproche
+
On se dit entre soi que l'on ne répond pas aux imbéciles. Ce qui est une erreur : il faut essayer de les écraser, de leur faire mordre la poussière sans honte, ni remord. Ainsi faisait le chevalier Bayard sans peur ni reproche
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
  
Badiou se réclame le droit à l'insulte, et je lui donne raison, à condition qu'elle soit d'une certaine qualité rhétorique, disons homérique. Certains adversaires le méritent bien.
+
Badiou se réclame le droit à l'insulte, et je lui donne raison, à condition qu'elle soit d'une certaine qualité rhétorique, disons homérique. Certains adversaires le méritent bien.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
  
Tout ce qui existait de l'héritage de la Libération en ce domaine a été détruit comme la création des diables communistes Wallon - le plus grand psychologue (et psychiatre) français - et de son disciple René Zazzo. C'est Zazzo lui-même qui a parlé de l'acharnement des pouvoirs de droite contre les diables rouges de l'école (Jalley, GP2, 718). La « psychologie scolaire » d'abord crée par Wallon et Zazzo a été détruite jusqu'aux racine, peu à peu comprimée puis ces années dernières transformée en RASED pour être presque aussitôt radiée sous cette nouvelle identité.
+
Tout ce qui existait de l'héritage de la Libération en ce domaine a été détruit comme la création des diables communistes Wallon - le plus grand psychologue (et psychiatre) français - et de son disciple René Zazzo. C'est Zazzo lui-même qui a parlé de l'acharnement des pouvoirs de droite contre les diables rouges de l'école (Jalley, GP2, 718). La « psychologie scolaire » d'abord crée par Wallon et Zazzo a été détruite jusqu'aux racine, peu à peu comprimée puis ces années dernières transformée en RASED pour être presque aussitôt radiée sous cette nouvelle identité.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 323
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 323
  
<nowiki>Ce désastre, à partir de la fondrière duquel on nous promet de tout reconstruire, alors qu'on nous clame partout que l'argent manque - n'en déplaise au mensonge flagrant : « nous avons les moyens » (Carlottti, p. 7) -, ce n'est tout de même pas la « mauvaise vision » de la psychanalyse qui en est la cause, mais bien la politique désastreuse de ministres de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Supérieur liés aux pouvoirs de droite [...], sans en exclure les deux PS Jacques Lang et Claude Allègre sous Mitterrand et Jospin, et qui seraient ce que l'on a connu quasiment de pire (Jalley CPUF1 et 2, GP 1 et 2). Il y a lieu de ne pas oublier non plus, du côté de la dénommé « gauche » que la sotise crasse des gauchistes et des maos ne manquait pas au rendez-vous, qui militait à  l'époque au sein même des Écoles Normales Supérieures pour la destruction de celles-ci.</nowiki>
+
Ce désastre, à partir de la fondrière duquel on nous promet de tout reconstruire, alors qu'on nous clame partout que l'argent manque - n'en déplaise au mensonge flagrant : « nous avons les moyens » (Carlottti, p. 7) -, ce n'est tout de même pas la « mauvaise vision » de la psychanalyse qui en est la cause, mais bien la politique désastreuse de ministres de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Supérieur liés aux pouvoirs de droite [...], sans en exclure les deux PS Jacques Lang et Claude Allègre sous Mitterrand et Jospin, et qui seraient ce que l'on a connu quasiment de pire (Jalley CPUF1 et 2, GP 1 et 2). Il y a lieu de ne pas oublier non plus, du côté de la dénommé « gauche » que la sotise crasse des gauchistes et des maos ne manquait pas au rendez-vous, qui militait à  l'époque au sein même des Écoles Normales Supérieures pour la destruction de celles-ci.
  
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 324
 
*''La crise de la philosophie en France au 21e siècle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 324
  
 
==''La Réforme du collège'', 2015==
 
==''La Réforme du collège'', 2015==
La dialectique, c’est quoi ? C’est la capacité d’argumenter selon les opposés, c’est l’esprit critique, tout simplement, dont le travail consiste d’abord toujours à repérer les contradictions.
+
 
 +
'''La dialectique, c’est quoi ? C’est la capacité d’argumenter selon les opposés, c’est l’esprit critique, tout simplement, dont le travail consiste d’abord toujours à repérer les contradictions.'''
  
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
  
La philosophie de ce jour est bien rapetissée, domestique, castrée, de même que le débat public est amputé de toute capacité dialectique.
+
La philosophie de ce jour est bien rapetissée, domestique, castrée, de même que le débat public est amputé de toute capacité dialectique.
  
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
  
La dispersion du savoir en morceaux est la conséquence naturelle du primat de l’analyse sur la synthèse à la mode de l’idéologie anglo-américaine.
+
La dispersion du savoir en morceaux est la conséquence naturelle du primat de l’analyse sur la synthèse à la mode de l’idéologie anglo-américaine.
  
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 83
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 83
  
Le passé éclaire le présent mais pas à sens unique, le présent permet aussi de reconstruire le passé de façon à restructurer l’ensemble de la culture, selon un procès en boucle.
+
Le passé éclaire le présent mais pas à sens unique, le présent permet aussi de reconstruire le passé de façon à restructurer l’ensemble de la culture, selon un procès en boucle.
  
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 117
 
*''La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort.'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 117
  
Le travail qu’a fait en définitive à partir de 1960 le nouveau structuralisme des Lévi-Strauss, Foucault, Althusser, Deleuze, Derrida, a consisté pour l’essentiel à confirmer la mort de Dieu (Nietzsche) et la fin de la métaphysique (Heidegger), en envoyant paître du même coup de balai la dialectique, l’histoire, l’humanisme, et aussi la « psychologie ».
+
Le travail qu’a fait en définitive à partir de 1960 le nouveau structuralisme des Lévi-Strauss, Foucault, Althusser, Deleuze, Derrida, a consisté pour l’essentiel à confirmer la mort de Dieu (Nietzsche) et la fin de la métaphysique (Heidegger), en envoyant paître du même coup de balai la dialectique, l’histoire, l’humanisme, et aussi la « psychologie ».
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 139
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 139
  
En France, c’est le travail de sape acharné de l’école structuraliste des années 1960 (Lévi-Strauss, Foucault, Deleuze, Derrida) contre l’existentialisme sartrien et l’ensemble des concepts qui lui étaient liés, qui a préparé le vide culturel où s’est engouffrée progressivement l’idéologie française à partir des années 1980.
+
En France, c’est le travail de sape acharné de l’école structuraliste des années 1960 (Lévi-Strauss, Foucault, Deleuze, Derrida) contre l’existentialisme sartrien et l’ensemble des concepts qui lui étaient liés, qui a préparé le vide culturel où s’est engouffrée progressivement l’idéologie française à partir des années 1980.
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 108
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 108
  
C’est cela qu’a été le structuralisme : la paix tranquille et résignée des grands cimetières, même emplis de verdure à l’américaine, ouverts à la méditation des gestionnaires de tous ordres.
+
C’est cela qu’a été le structuralisme : la paix tranquille et résignée des grands cimetières, même emplis de verdure à l’américaine, ouverts à la méditation des gestionnaires de tous ordres.
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 109
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 109
  
À l’origine – c’est là le hic –, la méthode globale de lecture avait été recommandée par Henri Wallon (1879-1962), le plus grand psychologue français donc, communiste de surcroît pendant la dernière partie de sa vie, sur le patronage qu’il en trouvait lui-même chez Ovide Decroly (1871-1932), grand pédagogue belge, comme satisfaisant aux principes fondamentaux de la psychologie de la forme (Gestaltpsychologie), considérée comme plus juste que le béhaviorisme.
+
À l’origine – c’est là le hic –, la méthode globale de lecture avait été recommandée par Henri Wallon (1879-1962), le plus grand psychologue français donc, communiste de surcroît pendant la dernière partie de sa vie, sur le patronage qu’il en trouvait lui-même chez Ovide Decroly (1871-1932), grand pédagogue belge, comme satisfaisant aux principes fondamentaux de la psychologie de la forme (Gestaltpsychologie), considérée comme plus juste que le béhaviorisme.
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
  
René Zazzo a exprimé clairement (Jalley passim) les très grosses difficultés qu’avaient rencontrées dès 1950 dans les milieux du pouvoir conservateur leurs activités rénovatrices (Plan Langevin-Wallon, Psychologie scolaire), au prétexte d’être stigmatisés l’un et l’autre comme des « communistes ».
+
René Zazzo a exprimé clairement (Jalley passim) les très grosses difficultés qu’avaient rencontrées dès 1950 dans les milieux du pouvoir conservateur leurs activités rénovatrices (Plan Langevin-Wallon, Psychologie scolaire), au prétexte d’être stigmatisés l’un et l’autre comme des « communistes ».
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
  
Les histoires d’enseignants abonnés à la méthode globale pure sont des contes farfelus inventés pour déconsidérer les instituteurs.
+
Les histoires d’enseignants abonnés à la méthode globale pure sont des contes farfelus inventés pour déconsidérer les instituteurs.
  
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
 
*''La Réforme du collège'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
Ligne 385 : Ligne 398 :
  
 
===La preuve par l'ordre et la mesure (Partie 1, volume 1)===
 
===La preuve par l'ordre et la mesure (Partie 1, volume 1)===
On peut penser que si une crise de la philosophie exprime d’une certaine manière une crise plus basique de la vie sociale, elle y contribue et l’entretient également en retour. La première chose est plus banale, mais la seconde plus difficile à penser. Si Marx a raison de penser que l’infrastructure économique est en dernière instance déterminante, Hegel n’en a pas moins raison de considérer que la philosophie est la clef de voûte qui tient du haut tout l’édifice de la culture, au-delà même, avance-t-il, de la société civile et de l’État, au-delà de l’art et de la religion.
+
 
 +
On peut penser que si une crise de la philosophie exprime d’une certaine manière une crise plus basique de la vie sociale, elle y contribue et l’entretient également en retour. La première chose est plus banale, mais la seconde plus difficile à penser. Si Marx a raison de penser que l’infrastructure économique est en dernière instance déterminante, Hegel n’en a pas moins raison de considérer que la philosophie est la clef de voûte qui tient du haut tout l’édifice de la culture, au-delà même, avance-t-il, de la société civile et de l’État, au-delà de l’art et de la religion.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 18
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 18
  
On peut même dire que la grande parade du cirque de la philosophie structuraliste, dans les années 60, porte la responsabilité essentielle, sans oublier celle due à la perversité des pouvoirs politiques – d’abord responsable de la mise au rancart du plan Langevin-Wallon – , de la crise majeure et même létale de l’institution éducative en France.
+
On peut même dire que la grande parade du cirque de la philosophie structuraliste, dans les années 60, porte la responsabilité essentielle, sans oublier celle due à la perversité des pouvoirs politiques – d’abord responsable de la mise au rancart du plan Langevin-Wallon – , de la crise majeure et même létale de l’institution éducative en France.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 32 (p.33 in pdf)
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 32 (p.33 in pdf)
  
Supposé que Marx ait eu raison d’avoir considéré l’économie comme la base de l’existence sociale, ce qui a été admis depuis par ses adversaires les plus acharnés, Hegel a probablement eu raison de son côté d’envisager la philosophie comme la clef de voûte de toute la culture d’une époque.
+
Supposé que Marx ait eu raison d’avoir considéré l’économie comme la base de l’existence sociale, ce qui a été admis depuis par ses adversaires les plus acharnés, Hegel a probablement eu raison de son côté d’envisager la philosophie comme la clef de voûte de toute la culture d’une époque.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
  
Une période historique où la philosophie ne tient plus sa place est elle-même vouée à basculer dans les poubelles de l’histoire. Une époque a existé, qui s’est éteinte en grande partie déjà après la Première Guerre mondiale, où la philosophie éducative a été extrêmement vivace , avec les représentants de ce qui s’est appelé à l’époque le courant de l’École nouvelle : Dewey, Montessori, Decroly, Claparède, Ferrière, Makarenko, Freinet, Wallon.
+
Une période historique où la philosophie ne tient plus sa place est elle-même vouée à basculer dans les poubelles de l’histoire. Une époque a existé, qui s’est éteinte en grande partie déjà après la Première Guerre mondiale, où la philosophie éducative a été extrêmement vivace , avec les représentants de ce qui s’est appelé à l’époque le courant de l’École nouvelle : Dewey, Montessori, Decroly, Claparède, Ferrière, Makarenko, Freinet, Wallon.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
  
La psychologie, la psychologia , est un savoir d’importance stratégique maximale en ce qu’elle concerne le moi, le sujet, la personne, la personnalité, et donc tient plus ou moins sous son magistère, le sujet de l’éthique, et celui de toutes les sciences humaines et sociales, y compris comme déjà chez Aristote, l’économie, la politologie, les pratiques du langage et de l’expression.
+
La psychologie, la psychologia , est un savoir d’importance stratégique maximale en ce qu’elle concerne le moi, le sujet, la personne, la personnalité, et donc tient plus ou moins sous son magistère, le sujet de l’éthique, et celui de toutes les sciences humaines et sociales, y compris comme déjà chez Aristote, l’économie, la politologie, les pratiques du langage et de l’expression.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 37
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 37
  
La « psychologie », dans la plus vaste extension du terme, peut donc prétendre pouvoir embrasser et recouvrir deux des trois objets principaux de la philosophie, ne laissant en dehors d’elle que la nature matérielle. En trucidant la psychologie, les sicaires des années 60 assassinaient donc indirectement la philosophie . Mais tel était bien par ailleurs leur objectif non dissimulé : remplacer la philosophie par la science (Lévi-Strauss, Althusser). Mais une science excluant par principe la psychologie, c’est là une entreprise qui pose de nouveaux problèmes : on se trouve devant la situation absurde d’avoir à réduire les SHS soit aux sciences de la nature, soit aux sciences formelles – ce qui sent de partout le forçage –, soit au mélange des deux, dont résulte un insupportable mélimélo. À cette propension de la psychologie à l’aliénation dans une Psychologie majuscule tient une certaine malédiction de la psychologie, comme associée à son prestige de droit, et qui est aussi celle de toute la philosophie , ce qu’a bien mis en évidence la critique féroce mais essentielle d’un Politzer (1927). Telle est l’histoire tragique du malheureux Faust, adonné au meilleur en même temps qu’au pire.
+
La « psychologie », dans la plus vaste extension du terme, peut donc prétendre pouvoir embrasser et recouvrir deux des trois objets principaux de la philosophie, ne laissant en dehors d’elle que la nature matérielle. En trucidant la psychologie, les sicaires des années 60 assassinaient donc indirectement la philosophie . Mais tel était bien par ailleurs leur objectif non dissimulé : remplacer la philosophie par la science (Lévi-Strauss, Althusser). Mais une science excluant par principe la psychologie, c’est là une entreprise qui pose de nouveaux problèmes : on se trouve devant la situation absurde d’avoir à réduire les SHS soit aux sciences de la nature, soit aux sciences formelles – ce qui sent de partout le forçage –, soit au mélange des deux, dont résulte un insupportable mélimélo. À cette propension de la psychologie à l’aliénation dans une Psychologie majuscule tient une certaine malédiction de la psychologie, comme associée à son prestige de droit, et qui est aussi celle de toute la philosophie , ce qu’a bien mis en évidence la critique féroce mais essentielle d’un Politzer (1927). Telle est l’histoire tragique du malheureux Faust, adonné au meilleur en même temps qu’au pire.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 38
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 38
  
Une philosophie de l’éducation, déjà inexistante en 1939, sauf le seul nom du philosophe Alain (1932) 22 , a laissé derrière elle une science de l’éducation à peu près aussi inexistante par la suite, en dehors des noms d’Henri Wallon, le plus grand psychologue français, et de son disciple René Zazzo. Ce qui représente, dans le spectacle de la culture française contemporaine, une sorte de symptôme scandaleux, dont l’irresponsabilité des philosophes pourraient bien porter justement… la responsabilité, et qui pourrait également ouvrir une porte jusqu’ici inconnue eu égard au diagnostic et au pronostic, sinon à l’étiologie, de ce que nous avons appelé à plusieurs reprises le cancer généralisé de l’éducation nationale. .
+
Une philosophie de l’éducation, déjà inexistante en 1939, sauf le seul nom du philosophe Alain (1932) 22 , a laissé derrière elle une science de l’éducation à peu près aussi inexistante par la suite, en dehors des noms d’Henri Wallon, le plus grand psychologue français, et de son disciple René Zazzo. Ce qui représente, dans le spectacle de la culture française contemporaine, une sorte de symptôme scandaleux, dont l’irresponsabilité des philosophes pourraient bien porter justement… la responsabilité, et qui pourrait également ouvrir une porte jusqu’ici inconnue eu égard au diagnostic et au pronostic, sinon à l’étiologie, de ce que nous avons appelé à plusieurs reprises le cancer généralisé de l’éducation nationale. .
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
  
Assurément, une telle philosophie de l’éducation a existé dans une période bien antérieure à 1939 avec ce que l’on a appelé les conceptions de l’École Nouvelle (Dewey, Montessori, Decroly 1907, Claparède 1912, Ferrière 1921, Makarenko 1934, Freinet 1927, Piaget 1970 24 ). Qu’il existe des spécialistes aujourd’hui reconnus en sciences de l’éducation, tels Meirieu ou Snyders, on ne le nie pas, mais on n’a pas trouvé leurs noms dans le corpus de l’histoire de la philosophie entre 1957 et 2015.
+
Assurément, une telle philosophie de l’éducation a existé dans une période bien antérieure à 1939 avec ce que l’on a appelé les conceptions de l’École Nouvelle (Dewey, Montessori, Decroly 1907, Claparède 1912, Ferrière 1921, Makarenko 1934, Freinet 1927, Piaget 1970 24 ). Qu’il existe des spécialistes aujourd’hui reconnus en sciences de l’éducation, tels Meirieu ou Snyders, on ne le nie pas, mais on n’a pas trouvé leurs noms dans le corpus de l’histoire de la philosophie entre 1957 et 2015.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
  
L’inversion de la conscience peut du reste s’entendre en plusieurs sens compatibles, qu’il s’agisse de l’inversion droite-gauche propre à l’image spéculaire, et métaphore pour Lacan de la structure d’illusion propre au registre de l’imaginaire, ou alors de l’inversion du type pieds en l’air-tête en bas, dont Marx taxe la marque idéaliste de la dialectique hégélienne.
+
L’inversion de la conscience peut du reste s’entendre en plusieurs sens compatibles, qu’il s’agisse de l’inversion droite-gauche propre à l’image spéculaire, et métaphore pour Lacan de la structure d’illusion propre au registre de l’imaginaire, ou alors de l’inversion du type pieds en l’air-tête en bas, dont Marx taxe la marque idéaliste de la dialectique hégélienne.
  
Le propre de l’expérience de la conscience est dans les deux cas, que nul ne s’en doute, cela échappe, c’est refoulé, forclos, on n’y voit que du feu, ou goutte.
+
Le propre de l’expérience de la conscience est dans les deux cas, que nul ne s’en doute, cela échappe, c’est refoulé, forclos, on n’y voit que du feu, ou goutte.
 
L’image de Marx est possiblement une glose où se trouve déplacée et remaniée une image elle-même célèbre du Timée de Platon : l’homme serait un être à vocation céleste, dont la tête serait les racines, à chercher son véritable terreau dans le ciel (90 d). Sauf que, ne le trouvant décidément pas, c’est dans la véritable terre matérielle que la tête choisit en définitive de venir s’enliser, gardant les pieds en l’air, tout le sens de l’existence en résultant alors inversé.
 
L’image de Marx est possiblement une glose où se trouve déplacée et remaniée une image elle-même célèbre du Timée de Platon : l’homme serait un être à vocation céleste, dont la tête serait les racines, à chercher son véritable terreau dans le ciel (90 d). Sauf que, ne le trouvant décidément pas, c’est dans la véritable terre matérielle que la tête choisit en définitive de venir s’enliser, gardant les pieds en l’air, tout le sens de l’existence en résultant alors inversé.
  
Ligne 425 : Ligne 439 :
  
 
===La preuve par le discours médiatique (Partie 4, Volume 5)===
 
===La preuve par le discours médiatique (Partie 4, Volume 5)===
L’homme serait fatigué parce qu’on lui demande de trop brûler, vibrer, résonner. Mais '''on pourrait soutenir exactement le contraire'''. L’homme est morne, parce qu’on lui demande de s’écraser, de subir, de ne plus rien éprouver, d’éviter « la prise de tête », comme le formule une expression courante, bête et vulgaire. C’est ce que l’on appelle l’éthique « cool ».
+
 
 +
L’homme serait fatigué parce qu’on lui demande de trop brûler, vibrer, résonner. Mais '''on pourrait soutenir exactement le contraire'''. L’homme est morne, parce qu’on lui demande de s’écraser, de subir, de ne plus rien éprouver, d’éviter « la prise de tête », comme le formule une expression courante, bête et vulgaire. C’est ce que l’on appelle l’éthique « cool ».
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 2, p. 63
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 2, p. 63
  
L’abstentionnisme de la philosophie française depuis les années 1960, au moins dans la sphère des questions liées à l’école, à la formation de l’esprit, est un fait incontestable. À la question de l’école sont liées de proche en proche et dans le même nœud gordien celles de la laïcité, de la religion, de la société politique, de la justice économique et fiscale. Ne pensez pas que le moindre sujet de préoccupation du philosophe français contemporain soit le même que celui de Voltaire, d’« écraser l’infâme », ou de considérer, à l’instar de Hegel, que la conscience religieuse soit une forme du savoir encore aliénée et inférieure en dignité à la conscience philosophique, ou encore que la religion soit l’opium du peuple (Marx), ou encore une névrose collective de l’humanité (Nietzsche, Freud). Aussi bien les auteurs d’un tel message sont-ils devenus indésirables.
+
L’abstentionnisme de la philosophie française depuis les années 1960, au moins dans la sphère des questions liées à l’école, à la formation de l’esprit, est un fait incontestable. À la question de l’école sont liées de proche en proche et dans le même nœud gordien celles de la laïcité, de la religion, de la société politique, de la justice économique et fiscale. Ne pensez pas que le moindre sujet de préoccupation du philosophe français contemporain soit le même que celui de Voltaire, d’« écraser l’infâme », ou de considérer, à l’instar de Hegel, que la conscience religieuse soit une forme du savoir encore aliénée et inférieure en dignité à la conscience philosophique, ou encore que la religion soit l’opium du peuple (Marx), ou encore une névrose collective de l’humanité (Nietzsche, Freud). Aussi bien les auteurs d’un tel message sont-ils devenus indésirables.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
  
C’est la thèse que j’ai adoptée moi-même dans ''La réforme du collège'' (L’Harmattan, 2015) : de crainte d’une révolte populaire réclamant l’application intégrale du programme du Conseil National de la Résistance (CNR, 1943 ; grèves de 1948), '''la bourgeoisie collaboratrice revenue au pouvoir a toujours poursuivi le dessein secret depuis les années 1950 de saborder l’enseignement, et de revenir sur les acquis de « l’état social »''' relatif installé tout de même malgré l’application incomplète de ce programme du CNR (nationalisations, sécurité sociale, code du travail). '''Cet acharnement à reprendre l’ensemble des conquêtes sociales concédées en 1936 et en 1945 traverse aujourd’hui encore, 70 années plus tard, toute la vie politique française, comme un véritable appétit de vengeance.'''
+
C’est la thèse que j’ai adoptée moi-même dans ''La réforme du collège'' (L’Harmattan, 2015) : de crainte d’une révolte populaire réclamant l’application intégrale du programme du Conseil National de la Résistance (CNR, 1943 ; grèves de 1948), '''la bourgeoisie collaboratrice revenue au pouvoir a toujours poursuivi le dessein secret depuis les années 1950 de saborder l’enseignement, et de revenir sur les acquis de « l’état social »''' relatif installé tout de même malgré l’application incomplète de ce programme du CNR (nationalisations, sécurité sociale, code du travail). '''Cet acharnement à reprendre l’ensemble des conquêtes sociales concédées en 1936 et en 1945 traverse aujourd’hui encore, 70 années plus tard, toute la vie politique française, comme un véritable appétit de vengeance.'''
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
  
Il est clair que toute forme de création intellectuelle suppose la double condition (pardon… dialectique) de la liberté individuelle et de la stimulation collective. Cependant,  il n’est plus question depuis les années 1980 que du discours, s’écoutant parler comme le seul légitime, de l’« Évaluation par les pairs », en réalité de la cooptation par un système d’abrutissement et d’avilissement consentis, chapeauté par une nomenklatura dont les membres n’ont rien de « pair » à l’égard des animaux soumis à leurs procédures de sélection.
+
Il est clair que toute forme de création intellectuelle suppose la double condition (pardon… dialectique) de la liberté individuelle et de la stimulation collective. Cependant,  il n’est plus question depuis les années 1980 que du discours, s’écoutant parler comme le seul légitime, de l’« Évaluation par les pairs », en réalité de la cooptation par un système d’abrutissement et d’avilissement consentis, chapeauté par une nomenklatura dont les membres n’ont rien de « pair » à l’égard des animaux soumis à leurs procédures de sélection.
  
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), p. 240
 
*''Critique de la raison philosophique'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), p. 240
  
 
==''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', 2017==
 
==''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', 2017==
Le concept postmoderne de la science se réduit, pour l’utilitarisme anglo-saxon régnant, à une base de technosciences efficaces, surmonté d’une superstructure idéologique, qui est ce qui s’appelle communément la « science ». Or, cette couche idéologique de la science se réduit à la doxa – l’opinion – platonicienne, étant entendu qu’il existe de l’opinion droite, c’est-à-dire de la doxa plus ou moins fondée, plus ou moins probable, admissible comme une « vérité » provisoire et relative.
+
 
 +
'''Le concept postmoderne de la science se réduit, pour l’utilitarisme anglo-saxon régnant, à une base de technosciences efficaces, surmonté d’une superstructure idéologique, qui est ce qui s’appelle communément la « science »'''. Or, cette couche idéologique de la science se réduit à la doxa – l’opinion – platonicienne, étant entendu qu’il existe de l’opinion droite, c’est-à-dire de la doxa plus ou moins fondée, plus ou moins probable, admissible comme une « vérité » provisoire et relative.
  
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38
  
De façon antinomique, il (n’) y a (de) science véritablement assurée (ni) de l’objet délimité et (pas plus) de l’objet total. Toute science d’un champ délimité d’objets se formule en représentations d’objets, et de la sorte réfère à la science du sujet, conscient-inconscient, qui n’est rien d’autre que la psychanalyse, à savoir la science fondamentale. Ni plus ni moins.
+
De façon antinomique, il (n’) y a (de) science véritablement assurée (ni) de l’objet délimité et (pas plus) de l’objet total. Toute science d’un champ délimité d’objets se formule en représentations d’objets, et de la sorte réfère à la science du sujet, conscient-inconscient, qui n’est rien d’autre que la psychanalyse, à savoir la science fondamentale. Ni plus ni moins.
  
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38
  
Modèle de la circularité dialectique des savoirs:
+
<blockquote>Modèle de la circularité dialectique des savoirs:
  
 
Le savoir humain est comme un arbre (1), dont les racines puis le tronc sont les savoirs sur l’esprit inconscient (2) et conscient (3), les branches qui sortent de ce tronc (4) étant les sciences formelles, les sciences de la nature et les sciences de l’homme (5), le feuillage de l’arbre se formant alors de l’entrelacement de leurs applications techniques et pratiques particulières.
 
Le savoir humain est comme un arbre (1), dont les racines puis le tronc sont les savoirs sur l’esprit inconscient (2) et conscient (3), les branches qui sortent de ce tronc (4) étant les sciences formelles, les sciences de la nature et les sciences de l’homme (5), le feuillage de l’arbre se formant alors de l’entrelacement de leurs applications techniques et pratiques particulières.
  
 
(1) Descartes, Hegel; (2) Freud, Lacan et col.; (3) Wallon, Piaget, Gesell et col., (4) Descartes, Hegel, Freud, Wallon, Piaget,
 
(1) Descartes, Hegel; (2) Freud, Lacan et col.; (3) Wallon, Piaget, Gesell et col., (4) Descartes, Hegel, Freud, Wallon, Piaget,
(5) Hegel, Marx et col.
+
(5) Hegel, Marx et col.</blockquote>
  
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 8
 
*''Trajectoires - Autobiographie intellectuelle'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 8
  
 
==En Mémoire de Gilbert Simondon, 2017==
 
==En Mémoire de Gilbert Simondon, 2017==
La méconnaissance de la culture postkantienne (VKBH : Von Kant bis Hegel) n’est, depuis les dernières décennies de l’activité philosophique, que l’autre versant d’une aliénation dans l’hyperempirisme technoscientiste nord-américain. Avec la résultante sans surprise d’une antidialectique, en compagnie de ses compagnons grimaçants, l'antihumanisme  et l’antipsychologisme comme rejetons persistants des années 1960, et dont l’ensemble affuble, au carnaval du tribunal médiatique, le fantôme de la philosophie française contemporaine du masque d’une réelle antiphilosophie. Pour ne pas parler enfin d’un antipédagogisme dont le sarcasme est devenu monnaie courante dans tels milieux journalistiques.
+
 
 +
La méconnaissance de la culture postkantienne (VKBH : Von Kant bis Hegel) n’est, depuis les dernières décennies de l’activité philosophique, que l’autre versant d’une aliénation dans l’hyperempirisme technoscientiste nord-américain. Avec la résultante sans surprise d’une antidialectique, en compagnie de ses compagnons grimaçants, l'antihumanisme  et l’antipsychologisme comme rejetons persistants des années 1960, et dont l’ensemble affuble, au carnaval du tribunal médiatique, le fantôme de la philosophie française contemporaine du masque d’une réelle antiphilosophie. Pour ne pas parler enfin d’un antipédagogisme dont le sarcasme est devenu monnaie courante dans tels milieux journalistiques.
  
 
*''En mémoire de Gilbert Simondon'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 236
 
*''En mémoire de Gilbert Simondon'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 236
  
 
==L'histoire de la Bible et la philosophie, 2019==
 
==L'histoire de la Bible et la philosophie, 2019==
l’épistémologie se doit de demeurer attentive au fait que la dynamique de la contradiction se tient selon les cas aussi bien dans le réel que dans l’esprit.
+
 
 +
l’épistémologie se doit de demeurer attentive au fait que la dynamique de la contradiction se tient selon les cas aussi bien dans le réel que dans l’esprit.
  
 
*''L'histoire de la Bible et a philosophie'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, p. 43
 
*''L'histoire de la Bible et a philosophie'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, p. 43
Ligne 472 : Ligne 490 :
  
 
===Tome 1 - Analyse===
 
===Tome 1 - Analyse===
Il y a aujourd’hui plein d’argent dans le monde, des montagnes d’argent, des Himalayas d’argent, plein les paradis fiscaux, dont les plus proches sont la Belgique, les Pays-Bas – surtout n’en parlez pas ! Le Luxembourg, Monaco (on savait un peu mieux). Et on demande aux gens, on leur explique qu’il serait raisonnable pour eux de travailler encore davantage. Et alors on se demande combien d’années il faudra encore pour que les gens aient d’abord envie de rire à écouter de pareilles sornettes. Avant d’avoir envie de se lever pour se montrer tout de même un peu plus… violents, faute d’être jamais entendus.
+
 
 +
Il y a aujourd’hui plein d’argent dans le monde, des montagnes d’argent, des Himalayas d’argent, plein les paradis fiscaux, dont les plus proches sont la Belgique, les Pays-Bas – surtout n’en parlez pas ! Le Luxembourg, Monaco (on savait un peu mieux). Et on demande aux gens, on leur explique qu’il serait raisonnable pour eux de travailler encore davantage. Et alors on se demande combien d’années il faudra encore pour que les gens aient d’abord envie de rire à écouter de pareilles sornettes. Avant d’avoir envie de se lever pour se montrer tout de même un peu plus… violents, faute d’être jamais entendus.
  
 
*''L'économie au XXI'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 27
 
*''L'économie au XXI'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 27
  
Il semble que le mouvement des Gilets jaunes nous mette en présence d’un type de « contradiction » inscrite dans le réel lui-même (in ''natura'', in ''re'') et pas seulement dans l’esprit (in ''anima'', in ''mente''). La France est un pays d’une économie potentielle riche, dont les impôts sont les plus élevés au monde (48 %), mais où, partout où l’on peut, on ferme les services publics : postes, gares, services hospitaliers, écoles – encore n’est-ce jamais assez selon dans le bavardage médiatique des « experts en communication » – mais où surtout 60 (65 %) des gens laissent entendre qu’ils ne parviennent plus à remplir le frigo à partir du 20 du mois.  
+
'''Il semble que le mouvement des Gilets jaunes nous mette en présence d’un type de « contradiction » inscrite dans le réel lui-même (in ''natura'', in ''re'') et pas seulement dans l’esprit (in ''anima'', in ''mente'')'''. La France est un pays d’une économie potentielle riche, dont les impôts sont les plus élevés au monde (48 %), mais où, partout où l’on peut, on ferme les services publics : postes, gares, services hospitaliers, écoles – encore n’est-ce jamais assez selon dans le bavardage médiatique des « experts en communication » – mais où surtout 60 (65 %) des gens laissent entendre qu’ils ne parviennent plus à remplir le frigo à partir du 20 du mois.  
  
Les « gens » (''gentes'') commencent à se demander dans leur bon sens manipulé par les sirènes publiques où passe tout de même tout cet argent. On apprend de-ci de-là qu’il existe des centaines, peut-être des milliers de sinécures qui gravitent dans les milieux du pouvoir avec des salaires de quelque 15 000 euros.
+
Les « gens » (''gentes'') commencent à se demander dans leur bon sens manipulé par les sirènes publiques où passe tout de même tout cet argent. On apprend de-ci de-là qu’il existe des centaines, peut-être des milliers de sinécures qui gravitent dans les milieux du pouvoir avec des salaires de quelque 15 000 euros.
  
 
*''L'économie au XXI'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 28
 
*''L'économie au XXI'', Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 28

Version du 3 décembre 2019 à 01:18

Émile Jalley est épistémologue, psychologue et philosophe spécialiste de Sigmund Freud, Henri Wallon, Jean Piaget et Jacques Lacan. Il propose de réhabiliter une approche dialectique, progressivement négligée par la philosophie française depuis les années 1960. Il critique la philosophie contemporaine de se détourner de son devoir essentiel de contestation dans le champ des questions sociales, économiques et politiques : crise du système éducatif, invasion de la conscience religieuse, domination de l’oligopole financier, soumission à la tyrannie de la technoscience, connivence du discours social avec une idéologie cryptofasciste.

Recherches en cours : Critique de l'économie, Critique de la philosophie, Déclin de la France, Dialogue avec Jacques Robion, Revue des travaux et ouvrages d'Emile Jalley,  voir Articles et contributions Emile Jalley Site L'Harmattan en bas de la page.

Wikirouge: article sur La pensée libérale

Sommaire

Biographie

Né le à Nance, dans le Jura[1], Émile Jalley a étudié à l'École normale supérieure (promotion L1955)[2], et passe son agrégation de philosophie en 1959[3], puis il devient psychologue diplômé d'État en 1968 et docteur en psychologie en 19865.

Émile Jalley est un ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, psychologue diplômé d’État, professeur émérite de psychologie clinique et d’épistémologie à l’Université Paris Nord.

Il est l'auteur de 37 livres individuels, 40 collectifs (environ 13 500 pages), et 24 volumes d’éditions (6300 pages), soit 101 titres pour environ 20 000 pages depuis le début de sa carrière en 1961, en fait l’une des œuvres les plus importante en volume dans le champ des disciplines psychologiques et épistémologiques depuis une trentaine d’années.

Travaux

Émile Jalley travaille dans trois champs : l'histoire de la psychanalyse et de la psychologie, leur épistémologie, et la philosophie. Entre les années 1980 et 2006, il est chercheur spécialisé dans les études historiques, principalement sur Henri Wallon, sur lequel il écrit sa thèse en 1986, et dont il a plus récemment édité une série de 7 volumes d’Œuvres de Henri Wallon, avec introductions, commentaires et annotations (2015).

Il a publié aussi sur Sigmund Freud, et Jean Piaget, ainsi que sur l'histoire de la psychanalyse et de la psychologie en France. En outre, en 2013 il présente le résultat d'assez longues années d'études dans son livre La crise de la philosophie en France au XXIe siècle, D’Héraclite et Parménide à Lacan. Il y décrit comment le paradigme de la dialectique, d'origine judaïque et passé par les philosophies grecque, chrétienne, française et germanique, s’est dévitalisé dans l’ empirisme britannique classique, ce dernier prolongé jusque dans les diverses philosophies anglo-américaines modernes. La pression de ce facteur, conjugué avec les effets du fixisme structuraliste, a incité les philosophes français dès les années 1960 à une position « antidialectique », qui expliquerait le désintérêt progressif touchant la pensée hégélienne, puis marxiste, ainsi que la psychanalyse. Seul Lacan a su résister dans une certaine mesure à cet entraînement en maintenant dans un relatif équilibre les deux composantes (métaphore-métonymie : algèbre-topologie) du paradigme hégélo-marxien de la dialectique (Badiou, Théorie du sujet, 1982). Parue en 2017, La Critique de la raison philosophique (5 vol.) vérifie le paradoxe d'un "rayonnement déclinant de la pensée française" (Thomas Brisson) depuis les années 1960[4].

La démarche de l'auteur est de tradition dialectique[5]. C’est de ce point de vue que la psychologie, la psychanalyse et la philosophie se présentent comme des champs de savoirs à la fois indépendants et interdépendants [6]. Il s'attache notamment à décrire le noyau rationnel de la dialectique (NRD), dispositif de la contradiction de type genèse/figure, histoire/structure, transformation/état, métonymie/métaphore. Il précise qu'il est observable dans le développement de la pensée naturelle (Freud, Wallon, Gesell, Piaget), tout comme dans de nombreux systèmes de la pensée réfléchie (histoire de la philosophie, des sciences de la nature et de l'esprit)[7]. À cet égard, les formes contemporaines dérivées[8] de l'empirisme associationniste anglo-saxon[9] représentent des formules affaiblies de la rationalité dialectique de source européenne[10]. Une « science de l'inconscient » (Assoun)[11] est susceptible de définir le profil d'une logique des conflits (Robion)[12] adaptée à un « nouvel encyclopédisme » (Simondon)[13]. Des applications devraient découler de telles approches au plan des sciences pédagogiques[14] économiques et politiques[15].

Ses recherches récentes (2018) envisagent les points suivants :

  1. . Le psychanalyste Lacan, dont l’importance comme philosophe mérite en fait d’égaler celle qui lui est reconnue comme psychanalyste, encourt cinq critiques principales : avoir réduit la pensée au langage, avoir évincé de la « structure » sa condition historique, avoir installé une antinomie de principe entre la psychanalyse et la psychologie, avoir mis en question le principe de toute forme de transmission enseignante en particulier universitaire [16], avoir limité l’intervention psychothérapeutique au seul champ du préconscient (Robion) [17].
  2. Des tendances nouvelles de la psychanalyse ont pour visée de la rapprocher des neurosciences [18] , mais à l’inverse aussi et de façon paradoxale d’approfondir son enracinement du côté de la philosophie fondamentale (Aristote, Hegel, Marx) [19], tout autant que de la philosophie sociale [20]. En somme, les travaux de Jacques Robion, Marie-France Castarède et Samuel Dock sont à reconnaître comme parmi les rares à produire des avancées réelles dans la psychanalyse depuis la disparition de Jacques Lacan.
  3. La psychanalyse aussi bien que la philosophie avaient formé à un moment en France la partie majeure de la représentation mondiale, réalisant alors l'exception française. Il serait question aujourd'hui de ressaisir le nœud des relations essentielles entre la psychanalyse, la psychologie et la philosophie. Marquée un temps par l’importance décisive de Lacan, la psychanalyse aurait pour son compte à poursuivre son progrès en liaison avec l’ensemble de la culture. Mais, à côté également, d’autres lignes de recherche ont à se développer du côté du côté de la critique idéologique, dans les champs de la philosophie, de la pensée économique, et de l’évolution historico-sociale en cours [21].


Bibliographie

Pour une bibliographie par chronologie : cf sur le site des Éditions l'Harmattan

Sur sa biographie

  • Un Franc-Comtois à Paris. Un berger du Jura devenu universitaire, 2010
  • En mémoire de Gilbert Simondon. Philosophe et psychologue français (1924-1989), 2017
  • Trajectoires. Autobiographie intellectuelle, 2017

Sur Henri Wallon

  • Wallon lecteur de Freud et Piaget, 1981
  • Présentation de « Wallon : La Vie mentale », 1982
  • Une dialectique entre la nature et l'histoire. Une psychologie conflictuelle de la personne. La spirale et le miroir. Postface à « Henri Wallon : Psychologie et dialectique », 1990
  • Freud, Wallon, Lacan. L'enfant au miroir, 1998
  • Introduction de " Henri Wallon: L'évolution psychologique de l'enfant ", 2002
  • Wallon et Piaget. Pour une critique de la psychologie contemporaine, 2006
  • Louis Althusser et quelques autres. Hyppolite [erratum : Deleuze], Badiou, Hegel, Marx, Alain, Wallon, 2013

Autres :

  • Henri Wallon Oeuvres 1 : Délire d'interprétation, Psychologie pathologique, Principes de psychologie appliquée, Les mécanismes de la mémoire; Oeuvres 2 1903-1929 ; Oeuvres 3 1930-1937 ; Oeuvres IV 1938-1950 ; Oeuvres 5 1951-1956 ; Oeuvres 6 1951-1956, 2015
  • Germaine Wallon: Les notions morales chez l'enfant, 2015

Sur Jacques Lacan

  • Freud, Wallon, Lacan. L'enfant au miroir, 1998
  • Badiou avec Lacan. Roudinesco, Assoun, Granon-Laffont, 2014
  • La psychanalyse pendant et après Lacan. Tome 1 : Bion, Blanco, Gaddini, Kohut, Kernberg, Stoller, Robion, 2016
  • La psychanalyse pendant et après Lacan. Tome 2 : Robion. Remarques sur Jacques Lacan, 2016

Autres :

  • Préface à « Mes soirées chez Lacan », Ch. Melman et col., 2011
  • Introduction à " Association psychanalytique internationale: Bergler, Bibring, Fenichel, Glover, Laforgue, Nunberg, Berger : Le Congrès de Marienbad 1936. Un rendez-vous manqué avec Jacques Lacan  ", 2015

Sur les Psy... :

Généralité

  • La psychanalyse et la psychologie aujourd’hui en France, Vuibert, 2006

Autres :

  • Psychanalyse, psychologie clinique et psychopathologie, in : Robert Samacher et col. : Psychologie clinique et psychopathologie, 1998
  • Psychanalyse et psychologie (2008-2010). Interventions sur la crise, tome 1 : propositions de base, questions d'actualité, repères historiques, pour l'équilibre des deux psychologies à l'université; tome 2 : psychanalyse et neurosciences, la vérité de la science, la querelle de l'évaluation en psychologie, 2010

La psychologie

  • La crise de la psychologie à l'université en France. Tome 1 : Origine et déterminisme, 2004
  • La crise de la psychologie à l'université en France. Tome 2 : État des lieux depuis 1990, 2004
  • Critique de la raison en psychologie. La psychologie scientifiques est-elle une science ?, 2007
  • Six manifestes contre le DSM, tome 1 : Présentation et commentaire, 2011
  • Six manifestes contre le DSM, tome 2 : Suite des commentaires : censure, crise de l'enseignement, 2011

Autres :

  • 72 articles dans Dictionnaire de la psychologie (Doron, Parot), 1997
  • Direction de traduction all. d’Atlas de la psychologie (Benesch), 1997
  • Direction de traduction all. de Dictionnaire de la psychologie (Fröhlich), 1998
  • Janet, in Olivier Douville et col. : Psychologie clinique, tome 2. La psychologie clinique en dialogue, débats et enjeux, 2001
  • Introduction à " Elsa Köhler: La personnalité de l'enfant de trois ans "

La psychanalyse

  • La guerre des psys continue. La psychanalyse française en lutte, 2007
  • La guerre de la psychanalyse. Hier, aujourd'hui, demain, 2008
  • La guerre de la psychanalyse. Le front européen, 2008
  • Anti-Onfray 1. Sur Freud et la psychanalyse, 2010
  • Anti-Onfray 2. Les réactions au livre de Michel Onfray, débat central, presse, psychanalyse théorique, 2010
  • Anti-Onfray 3. Les réactions au livre de Michel Onfray, clinique, psychopathologie, philosophie, lettres, histoire, sciences sociales, politique, réactions de l'étranger, le décret scélérat sur la psychothérapie, 2010
  • Le débat sur la psychanalyse dans la crise en France, tome 1 : Onfray, Janet, Reich, Sartre, Politzer, etc.; tome 2 : (in)culture, (dé)formation, aliénation, 2011
  • La psychanalyse aujourd'hui. Entretiens avec Jacques Robion, 2018

Autres :

  • Préface à " Sandor Rado : L'angoisse de castration chez la femme ", 2014

Sur la philosophie

  • La crise de la philosophie en France au XXIe siècle. De Parménide et Héraclite à Lacan, 2013
  • Critique de la raison philosophique. Première partie (tome 1) : La preuve par l'ordre et la mesure, 2017
  • Critique de la raison philosophique. Deuxième partie (tome 2) : La preuve par l'histoire de la philosophie, 2017
  • Critique de la raison philosophique. Deuxième partie (tome 3) : La preuve par l'histoire de la philosophie, 2017
  • Critique de la raison philosophique. Troisième partie (tome 4) : La preuve par la psychologie, 2017
  • Critique de la raison philosophique. Quatrième partie (tome 5) : La preuve par l'espace médiatique, 2017
  • Histoire de la Bible et la Philosophie : Jérusalem, Athènes, Rome, 2019

Autres :

  • Introduction de " Richard Kroner : De Kant à Hegel (1921-1924) ", 2013
  • Annotations à " Johann Gottlieb Fichte : La doctrine de la science 1794 ", 2016
  • La doctrine de la science 1794 de Johann Gottlieb Fichte. Naissance et devenir de l'impérialisme allemand, 2016
  • Logique et structure dans le plan de la Phénoménologie de l'esprit et dans l'œuvre de Hegel. Postface à "Hegel Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Phénoménologie de l'esprit ", 2017

Sur la société actuelle

  • La " théorie du genre " dans le débat français. Butler, Freud, Lacan, Stoller, Chomsky, Sapir-Whorf, Simondon, Wallon, Piaget, 2014
  • Thomas Piketty " Marx du XXIe siècle ? ", 2014
  • Thomas Piketty: la mécanique des inégalités en France, injustice fiscale, crise de l'enseignement, contre-réforme sociale, (dé)colonisation, 2014
  • La réforme du collège, 2015
  • L'économie au XXI - Critique de la raison - tome 1 : Analyse, 2019
  • L'économie au XXI - Critique de la raison - tome 2 : Synthèse, 2019

Autres : Ouvrages collectifs et introductions

On a regroupé ici tous les textes qualifiés Autres qui ont déjà été cités ci-dessus :

  • Présentation de « Wallon : La Vie mentale », 1982
  • Une dialectique entre la nature et l'histoire. Une psychologie conflictuelle de la personne. La spirale et le miroir. Postface à « Henri Wallon : Psychologie et dialectique », 1990
  • Psychanalyse, psychologie clinique et psychopathologie, in : Robert Samacher et col. : Psychologie clinique et psychopathologie, 1998
  • Janet, in Olivier Douville et col. : Psychologie clinique, tome 2. La psychologie clinique en dialogue, débats et enjeux, 2001
  • Introduction de " Henri Wallon: L'évolution psychologique de l'enfant ", 2002
  • Psychanalyse et psychologie (2008-2010). Interventions sur la crise, tome 1 : propositions de base, questions d'actualité, repères historiques, pour l'équilibre des deux psychologies à l'université; tome 2 : psychanalyse et neurosciences, la vérité de la science, la querelle de l'évaluation en psychologie, 2010
  • Préface à « Mes soirées chez Lacan », Ch. Melman et col., 2011
  • Introduction de " Richard Kroner : De Kant à Hegel (1921-1924) ", 2013
  • Préface à " Sandor Rado : L'angoisse de castration chez la femme ", 2014
  • Henri Wallon Oeuvres 1 : Délire d'interprétation, Psychologie pathologique, Principes de psychologie appliquée, Les mécanismes de la mémoire; Oeuvres 2 1903-1929 ; Oeuvres 3 1930-1937 ; Oeuvres IV 1938-1950 ; Oeuvres 5 1951-1956 ; Oeuvres 6 1951-1956, 2015
  • Introduction à " Karl Bühler : Le développement intellectuel de l'enfant ", 2015
  • Introduction à " Hermann Samurel Reimarus : Fragments de l'anonyme de Wolfenbüttel édités par Gotthold Ephraim Lessing ", 2015
  • Introduction à " Association psychanalytique internationale: Bergler, Bibring, Fenichel, Glover, Laforgue, Nunberg, Berger : Le Congrès de Marienbad 1936. Un rendez-vous manqué avec Jacques Lacan  ", 2015
  • Annotations à " Johann Gottlieb Fichte : La doctrine de la science 1794 ", 2016
  • La doctrine de la science 1794 de Johann Gottlieb Fichte. Naissance et devenir de l'impérialisme allemand, 2016
  • Introduction à " Elsa Köhler: La personnalité de l'enfant de trois ans "
  • Logique et structure dans le plan de la Phénoménologie de l'esprit et dans l'œuvre de Hegel. Postface à "Hegel Georg Wilhelm Friedrich Hegel : Phénoménologie de l'esprit ", 2017
  • 72 articles dans Dictionnaire de la psychologie (Doron, Parot), 1997
  • Direction de traduction all. d’Atlas de la psychologie (Benesch), 1997
  • Direction de traduction all. de Dictionnaire de la psychologie (Fröhlich), 1998


Références et notes

  1. Émile Jalley, Un Franc-comtois à Paris: un berger du Jura devient universitaire, L'Harmattan, 2010 (ISBN 9782296118010, lire en ligne [archive])
  2. Annuaire de l'ULM, Association des anciens élèves, élèves et amis de l’École normale supérieure
  3. « Revue des travaux et ouvrages d'Emile Jalley » [archive], sur www.editions-harmattan.fr
  4. Christophe Charle & Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. II. De 1914 à nos jours, Seuil, 1995, pp. 779-802.
  5. Lucien Sève : Avec Marx aujourd’hui. Tome II : « L’Homme » ?, La Dispute, pp. 312-314.
  6. Alain et Sophie de Mijolla et col.: Psychanalyse, PUF, 1996, pp. 237-261, 693-703.
  7. Alain Badiou : Théorie de la contradiction : Maspero, 1976, pp. 27-82 ; Le noyau rationnel de la dialectique, Maspero, 1978, pp. 23-24 ; Jean Piaget : Six études de psychologie, Gonthier, 1964, pp. 166-181; Le structuralisme, P.U.F, 1968, pp. 101-124; Les formes élémentaires de la dialectique, Gallimard, 1980, pp. 213-249; Lucien Sève : Une introduction à la philosophie marxiste, Éditions sociales, 1980, pp. 81, 211, 269, 436, 442, 504, 534, 539.
  8. Eric Aeschimann : « Penser en 2013. Le tour du monde contemporain des idées », Nouvel Observateur n° 2531 du 9/5/2013, pp. 70-81.
  9. Gérard Deledalle : La philosophie peut-elle être américaine ? Jacques Grancher, 1995, pp. 286-294.
  10. Charles Zarka et col. : « La philosophie en France aujourd’hui » : (1) Cités 56, 2013, 11-50 ; (2) Cités 58, 2014, 13-39 ; François Cusset : French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, 2005, 130, 174 ; Lucien Sève : Marxisme et structuralisme, Éditions sociales, 1984, 19-71.
  11. Paul-Laurent Assoun : Lacan, P.U.F., 2003, pp. 78-79, 122-123.
  12. Jacques Robion : Pour une Psychanalyse dialectique, Cassiope Éditions, 2009, 143, 146, 148.
  13. Gilbert Simondon : Sur la technique (1953-1983), Seuil, 2014, pp. 100, 104-110, 155, 173 ; Sur la psychologie (1956-1967), id., 2015, pp. 273-275, 361-368, 495-496 ; Sur la philosophie (1950-1980), id., 2016, pp.199, 219, 418 .
  14. Anny Cordié : Les cancres n’existent pas. Psychanalyse d’enfants en échec scolaire, Paris, Seuil, 1993, pp. 9-26, 297-300 ; Malaise chez l’enseignant. L’éducation confrontée à la psychanalyse, Seuil, 1998, pp. 397-439.
  15. Régis Debray : Critique de la raison politique ou l'inconscient religieux, Gallimard, 1981, pp. (11-21) ; Edgar Morin : « Débat entre Jean Daniel et Edgar Morin », Nouvel Observateur n° 2659 du 22-28/10/2015, pp. 77-81 ; « Propos recueillis par Marion Rousset », Nouvel Observateur n° 2695 du 23-29/6/2016, pp. 82-83 ; François Morin : L’Économie politique du XXIe siècle, Lux/Humanités, pp. 7-32.
  16. E. Jalley : La psychanalyse aujourd’hui. Entretiens avec Jacques Robion, L’Harmattan, 2018, pages 195-208.
  17. Jacques Robion : Les réparations thérapeutiques, L’Harmattan, 2017, pages 29, 33, 49.
  18. Jacques Robion : ibid., pages 9-30.
  19. E. Jalley : ibid., page 189.
  20. Marie-France Castarède, Samuel Dock : Le nouveau malaise dans la civilisation, Plon, 2017, 54-61, 207-266.
  21. E. Jalley : Site L’Harmattan, Articles et contributions sur les thèmes : Critique de la philosophie, Critique de l’économie, Déclin de la France ?, Pensée libérale.

CITATIONS

Wallon, lecteur de Freud et Piaget, 1981

L'un des reproches que Wallon exprime à l'égard de la conception piagétienne, c'est d'interpréter l'apparition de la fonction symbolique dans le droit fil du schème moteur, en continuité avec la motricité inconsciente propre, en définitive, au comportement animal. Or, « l'esprit et le symbole » ne sauraient surgir du perfectionnement, par exemple sous la forme d'un accroissement de rapidité des conduites motrices, mais bien plutôt de l'échec, de la mise en déroute des programmes automatiques de comportement. C'est à ce point de rupture qu'interviendraient les apprentissages sociaux propres  à l'espèce humaine, à ce être « génétiquement social » qu'est l'homme.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 294-295
L'activité intellectuelle  ne peut être séparée, ni dans ses origines ni dans son fonctionnement actuel, de l'affectivité.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295
Personnalité : caractère et intelligence. Le caractère s'enracine dans le système tonico-postural réglé par les sensibilités intéro-propioceptives (stade 1). Sa matière est l'affectivité, modulée par l'ambiance humaine (stades 2 et 4) et contrôlée par l'intelligence (stades 3 et 5). L'intelligence, qui dote la conduite de représentations, trouve ses origines dans l'interaction des sensibilités extéroceptives et de l'activité clonique (stade 3). Mais l'imitation ne devient représentation par le biais des attitudes et postures, des expressions émotionnelles, produits des interactions de l'affectivité et de l'entourage (stade 2). D'autre part la représentation ne s'achève que grâce au langage, dont la racine archaïque est l'émotion.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. Édition Sociale, 1981, chap. 5.16 affectivité et intelligence, p. 295

Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, 2006

Première Partie : La discussion entre Wallon et Piaget (1928-1970)

Abolir un des termes de la contradiction, c'est ce que fait le modèle piagétien d'une psychologie de l'intelligence, au lieu de confronter également celle-ci à la fonction antithétique que représente pour elle l'affectivité, dans le cadre global, comme le fait Wallon, d'une psychologie du développement de la personnalité. Une psychologie à laquelle manque un morceau de la réalité psychique est forcément partielle, partiale, abstraite.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 1.8 - La mise en place du modèle épistémologique définitif de Wallon (1941), p. 55

Deuxième partie : Le thème de la dialectique chez Wallon et Piaget

Le noyau rationnel de la dialectique, que nous spécifions comme paradigme hégélo-marxien de la contradiction, se laisse envisager, en termes généraux, comme l'opposition des contraires au sein d'une unité. Or le paradoxe propre au processus de la contradiction dialectique, c'est de donner lieu à une définition marquée elle-même par la contradiction.

  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 5.5 - Le paradigme hégélo-marxien de la contradiction, p. 209
En fait, « la connaissance procède de l'action sur les choses avant de la guider.» Et la science en tant que « conscience des rapports entre le réel et la pensée », est adaptation active des cadres de la connaissance à l'objet, « réaction » des forces humaines en réponse aux forces de la nature, selon un cycle d'interactions. C'est "une création, non pas une continuité [E. J. : théorie de Descartes], mais perpétuelle et progressive qui rend compte à la fois du monde et de la science. Entre les deux, il y a continuité, « foncière identité ». C'est pourquoi, les lois de la pensée sont en homologie essentielle, en conformité avec celles de l'univers : « sans dialectique dans le monde, il n'y aurait pas de dialectique dans la pensée. Il faut bien que la pensée du monde soit inscrite par le monde dans la pensée ».
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, p. 256-257
La psychologie, c'est-à-dire « l'étude de la vie mentale » y est donc définie, ceci pour la première fois par Henri Wallon comme « science de la nature et science de l'homme ». En fait, le but et l'objet de la psychologie se spécifient plus précisément comme « l'homme en contact avec le réel ».
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
La psychologie qui s'intéresse à l'ensemble des capacités et des activités de contact de l'homme réel est donc « l'étude concrète d'une réalité concrète ». De ce point de vue, l'homme n'est pas tout fait. Il se construit au cours d'un processus de développement, qui élargit et enrichit son unité, à partir d'un double mécanisme de différenciation et d'intégration.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263
De façon complémentaire, la psychologie se spécifie également comme « caractérologie », ou étude du caractère. En effet, le développement de l'être humain concret détermine la réalisation de son unité sous la forme d'un caractère. La psychogenèse es envisagée avant tout par Wallon, à la différence de Piaget, comme « croissance de la personne, développement proprement personnel, individuel ». À cet égard Wallon conçoit le caractère comme « la manière habituelle et constante de réagir propre à chaque individu ». En ce sens le caractère représente « l'indice individuel de chacun », où s'exprime « la totalité de la personne ». Il se définit encore comme « la formule pratique » de la personnalité, le mode particulier de conduites où s'actualise « le sentiment de personnalité ». 
Le caractère représente, à côté de l'intelligence, c'est à dire de la composante cognitive, la composante affective de la formation de la personne, dans le contexte de cette triple détermination biosociopsychologique des faits mentaux, ... »
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 7.7 - La méthode de la psychologie comme analyse des ensembles, p. 263

Troisième partie : Pour une critique de la psychologie contemporaine

Effectivement personne n'arrive à définir clairement ce qu'est une représentation, autrement que par référence à un ensemble de dénomination purement verbales, toujours plus ou moins empruntée au langage de l'informatique. Comme on le souligne ailleurs (Jalley, 2006, 14.7.), la tendance moderne, concernant la nature et la source de la représentation, semblerait avoir parcouru le chemin d'une critique de Piaget consistant d'une part à jeter par-dessus-bord le côté fort de la doctrine piagétienne, celui consistant dans le versant opératif du schème sensori-moteur et de ses dérivés (concept), et trouvant sa source directe dans l'action, d'autre part à valoriser le versant mineur d'une telle doctrine, l'aspect figuratif du schème et ses rejetons (image mentale), ce qui ne peut ramener le modèle de la représentation qu'à la source très ancienne, mais jamais tarie, de la doctrine empiriste et associationniste, quand ce n'est pas nativiste, offerte par la perception, et à la figure par sa sœur, la mémoire, devenue pour sa part - avec ses trois niveaux [Long Terme, de Travail, Court terme], le cheval de bataille de la psychologie cognitive moderne, ce qui est d'ailleurs n'est pas très nouveau non plus (Taine, Bergson).
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 370
Alors que Piaget posait la double nature opérative et figurative de la représentation en privilégiant l'opérativité sur la figurativité, c'est-à-dire grosso modo le calcul logique, vecteur du signifié, pour venir informer l'image mentalee et le langage, supports du signifiant, le cognitivisme tend à privilégier au contraire les significations représentatives organisées par un calcul d'espèce plus automatique et plutôt moins riches que la composante logique piagétienne. Le nouvel appareillage installé par la perspective cognitiviste est largement spéculatif.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 371
...: on appelle aujourd'hui « modèles » ce que Platon appelait jadis « idées ».
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
...: pour Piaget, ce sont les opérations qui contraignent et informent les représentations, alors que c'est le contraire pour le cognitivisme.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 10.7 - La querelle moderne de l'irreprésentable statut de la représentation, p. 372
Le progrès technologique, dont il n'est pas évident qu'il s'identifie à un véritable progrès scientifique, au moins pour la psychologie, présente la particularité dans la période actuelle de s'accompagner d'une véritable régression philosophique.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.2 - L'intelligence artificielle et les neurosciences comme modèle en psychologie objective, p. 394
Il ne suffit pas de faire des expériences, il faut aussi avoir le talent d'en extraire les résultats et de les commenter avec pertinence et sagacité.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 405
La science n'est pas toujours une langue bien faite, bien loin de là.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.5 - Autres traits de la sociologie professionnelle de la recherche en psychologie, p. 406
Une autre idée très étrange de Descartes, c'est que les grandes inventions sont le fait de l'homme solitaire, ce qui est fondamentalement vrai, même si cette idée n'est pas très populaire aujourd'hui. [...]. L'idée connexe de celle-ci chez Descartes, et qui est très provocante, c'est que l'erreur quand elle se produit, est d'autant plus massive que le groupe est grand. La foule ne corrige jamais l'erreur, au contraire elle la multiplie. Point de vue qui n'est pas non plus très populaire chez les psychologues actuels qui croient au contraire dur comme fer dans la véracité foncière de la démocratie groupale.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 410
Le sentiment que tout est mortel n'ouvre la porte à aucune espèce de pitié, il renforce encore davantage le penchant à la cruauté.
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 413
Le public cultivé actuel pompe à grands traits de la mamelle américaine ce qu'il croit de bonne foi, sur le crédit de journalistes connus, le vrai lait de la science
  • Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2006, chap. 11.6 - Opportunité des repères philosophiques dans le débat scientifique contemporain, p. 416

La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France, 2006

La psychologie objective, Partie 2

La psychologie cognitive (chapitre 13)

... les trois principaux événements institutionnel [...] qui ont marqué l'apparition du mouvement cognitiviste : le symposium sur la théorie de l'information organisé au MIT en 1956 avec N. Chomsky, A. Newell et H. Simon, ainsi que G. Miller, la conférence sur les machines informatiques intelligentes organisée la même années au Dartmouth College de Hanover toujours avec Newell et Simon, ainsi que M. Minsky et J. McCarthy, et enfin la création à Harvard du Center for Cognitive Studies en 1960 par Jerome Bruner et Georges Miller.
  • La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France, Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 250
Le développement accéléré de l'informatique au cours de ces dernières décennies, en posant des problèmes technologiques de stockage et de récupération de l'information, introduisit la notion de système de traitement de l'information, rapidement assimilée par la psychologie, dans une perspective consistant à considérer, de manière analogique, l'homme comme un système particulièrement complexe de traitement d'information. Cette représentation du sujet humain comme système de codage et de traitement de l'information (general problem solver, GPS) s'appuiera tout naturellement sur le modèle de l'ordinateur
  • La psychanalyse et la psychologie - aujourd'hui en France, Émile Jalley, éd. Vuibert, 2006, chap. 13.1 - Le paradigme du traitement de l'information, p. 251

Critique de la raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ?, 2007

Sur la méthode globale en lecture :

« En ce qui concerne les deux méthodes fondamentales d'approche de la lecture, par l'apprenti aussi bien que par l'adulte, on ne nous en rapportera qu'un aspect factuel et relativement peu significatif, tellement technique que l'importance de l'enjeu en est complètement occultée.

Tout ce qui nous sera dit, c'est que les processus impliqués par la lecture ne sont pas aujourd'hui encore complétement connus, mais qu'en tout cas, la belle affaire !, « une approche globale pour les mots irréguliers, alors que les pseudo-mots seraient lu de manière analytique » (G 239 - Gilles, P-Y. & al (1999) 'psychologie différentielle'. Bréal).

Ce que l'on sait, est que l'auteur du développement concerné semble ignorer, est tout de même beaucoup plus intéressant, c'est qu'il existe deux « boîtes », deux « voies » coordonnées, qui fonctionnent ensemble, de façon d'ailleurs différentielle selon le matériel, les moments, et peut-être aussi les lecteurs, 'dans l'apprentissage puis la maîtrise de la lecture'.

La voie indirecte, ou analytique, est utilisée de préférence par les enfants dits « phéniciens » pour déchiffrer les mots qui se prononcent « normalement », la voie directe ou globale, basée sur la configuration spatiale du mot, par les sujets dit « chinois » pour les mots irréguliers, c'est à dire dont la prononciation ne correspond pas à l'écriture.

Après être passé une dizaine de fois par la boîte phénicienne, les mots connus sont stockés dans la boîte chinoise.

Les adultes ne lisent jamais en épelant syllabe après syllabe !

Aussi bien une méthode strictement syllabique est-elle impraticable dans les langues européennes qui, surtout comme le français et l'anglais, ne s'écrivent pas tout à fait comme elles se parlent, et même assez loin de là (ex : mai, mais, maie, mes, mets, m'est, m'ait, m'aient, m'aient...).

Ce qui est remarquable, c'est que les pédagogues interviewés dans les médias n'ont jamais l'idée (la compétence ?) d'expliquer cela au public, et on peut se demander pourquoi.

Un aspect pittoresque aussi de cette question réside dans le fait que Wallon était partisan de la « méthode globale » dans l'apprentissage de la lecture, dont il a introduit en France la notion sous l'influence de l'éducateur belge Ovide Decroly.

Mais en revanche, ce qui reste ignoré, c'est que le processus d' « expertise » aurait pu s'introduire dans les instances publiques, voici des années (quand ?) la condamnation massive et sans nuance d'une 'soit disant et mythique méthode globale', dont j'ai tendance à penser personnellement qu'elle pourrait bien être due au rejet du soit-disant « marxisme » de Wallon, y compris au niveau de plan Langevin-Wallon, dont l'application a toujours été différée. Des recherches complémentaires seraient bien venues sur ce sujet. »

  • Jalley, É (2007). Critique de la raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ? (p. 291-2). L'Harmattan.

Neuroscience et sciences cognitives

« Il semble que la psychologie contemporaine ait à se situer, ce qu'elle fait avec toutes sortes de difficultés, entre ces 'deux paradigmes à certains égards contradictoires', l'un technologique ('esprit-ordinateur'), l'autre biologique ('esprit-cerveau'), avec pour zone maximale de confusion le modèle esprit-cerveau ordinateur, où l'esprit est assimilé à un cerveau et tous deux ordinateurs, sous le chefs fallacieux de la notion omnibus de « système de traitement de l'information », dont il existe aujourd'hui un usage illicite - Kant disait « transcendental » -, dans le cadre d'une métaphysique scientiste, qui outre passe la légitimité de son usage scientifique. On trouve déjà ces deux modèles antithétiques dans la démarche de Freud créant la psychanalyse, avec la double métaphore de l'appareil optique (photographique et télescopique) et la forme vivante (amibe, boule primitive de la Vie, etc.).»
  • Jalley, E (2007). Critique de a raison en psychologie - La psychologie scientifique est-elle une science ? (p.327). chap 11, Neuroscience et sciences cognitives. L'Harmattan.


Six Manifestes contre le DSM, 2011

… la configuration des divers visages de l’empirisme nord-américain. En font partie, comme source des contenus d’idées, l’empirisme, l’associationnisme, le pragmatisme, le positivisme logique, la philosophie analytique, le modèle courant de la techno-science, le poppérisme, et bien entendu le néolibéralisme économique, tous plus ou moins les fantassins de la même armée de coalition. Telle est l’hydre de Lerne dont il conviendrait de trancher d’un coup toutes les têtes , pour qu’aucune ne repousse, …
  • Six Manifestes contre le DSM, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2011, vol. 1, p. 15

La crise de la philosophie en France au 21e siècle, 2013

De même que la démarcation entre science et idéologie n'est pas toujours si claire, celle entre science et philosophie non plus.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 231
La science pure et dure est rarement exempte d'une philosophie implicite, dont la distinction avec l'idéologie vulgaire fait parfois prob..
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, p. 232
Le terme d'« autisme » est un nom qui renvoie à des réalités anciennes et actuelles très différentes.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
..., dans le champ « psy », ce qui est valable pour un invividu ne l'est pas forcément pour tous. Et ce qui vaut pour beaucoup ne s'applique pas forcément à tous les cas singuliers.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
Dans le champ « psy » enfin, il n'y a pas de vérité absolue, mais que des vérités relatives, susceptibles dans certains cas de se composer, de se compléter, mais dont chacune n'est qu'un mi-dire s'appliquant à pas-tou(te)s.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 301
La pratique régulière de la philosophie donne des instruments de répartie dans la lutte idéologique et la confrontation critique avec les adversaire de « thèses » opposées. Faute de quoi on est condamné à rester muet devant les combattants les plus effrontés et à l'envi introduits dans le discours médiatique ambiant.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
On se dit entre soi que l'on ne répond pas aux imbéciles. Ce qui est une erreur : il faut essayer de les écraser, de leur faire mordre la poussière sans honte, ni remord. Ainsi faisait le chevalier Bayard sans peur ni reproche
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
Badiou se réclame le droit à l'insulte, et je lui donne raison, à condition qu'elle soit d'une certaine qualité rhétorique, disons homérique. Certains adversaires le méritent bien.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 321
Tout ce qui existait de l'héritage de la Libération en ce domaine a été détruit comme la création des diables communistes Wallon - le plus grand psychologue (et psychiatre) français - et de son disciple René Zazzo. C'est Zazzo lui-même qui a parlé de l'acharnement des pouvoirs de droite contre les diables rouges de l'école (Jalley, GP2, 718). La « psychologie scolaire » d'abord crée par Wallon et Zazzo a été détruite jusqu'aux racine, peu à peu comprimée puis ces années dernières transformée en RASED pour être presque aussitôt radiée sous cette nouvelle identité.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 323
Ce désastre, à partir de la fondrière duquel on nous promet de tout reconstruire, alors qu'on nous clame partout que l'argent manque - n'en déplaise au mensonge flagrant : « nous avons les moyens » (Carlottti, p. 7) -, ce n'est tout de même pas la « mauvaise vision » de la psychanalyse qui en est la cause, mais bien la politique désastreuse de ministres de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Supérieur liés aux pouvoirs de droite [...], sans en exclure les deux PS Jacques Lang et Claude Allègre sous Mitterrand et Jospin, et qui seraient ce que l'on a connu quasiment de pire (Jalley CPUF1 et 2, GP 1 et 2). Il y a lieu de ne pas oublier non plus, du côté de la dénommé « gauche » que la sotise crasse des gauchistes et des maos ne manquait pas au rendez-vous, qui militait à  l'époque au sein même des Écoles Normales Supérieures pour la destruction de celles-ci.
  • La crise de la philosophie en France au 21e siècle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 11_Remarques sur la polémique sur l'autisme, p. 324

La Réforme du collège, 2015

La dialectique, c’est quoi ? C’est la capacité d’argumenter selon les opposés, c’est l’esprit critique, tout simplement, dont le travail consiste d’abord toujours à repérer les contradictions.
  • La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort., Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
La philosophie de ce jour est bien rapetissée, domestique, castrée, de même que le débat public est amputé de toute capacité dialectique.
  • La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort., Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 38
La dispersion du savoir en morceaux est la conséquence naturelle du primat de l’analyse sur la synthèse à la mode de l’idéologie anglo-américaine.
  • La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort., Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 83
Le passé éclaire le présent mais pas à sens unique, le présent permet aussi de reconstruire le passé de façon à restructurer l’ensemble de la culture, selon un procès en boucle.
  • La Réforme du collège - Sauver l'école, une question de vie ou de mort., Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 117
Le travail qu’a fait en définitive à partir de 1960 le nouveau structuralisme des Lévi-Strauss, Foucault, Althusser, Deleuze, Derrida, a consisté pour l’essentiel à confirmer la mort de Dieu (Nietzsche) et la fin de la métaphysique (Heidegger), en envoyant paître du même coup de balai la dialectique, l’histoire, l’humanisme, et aussi la « psychologie ».
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 139
En France, c’est le travail de sape acharné de l’école structuraliste des années 1960 (Lévi-Strauss, Foucault, Deleuze, Derrida) contre l’existentialisme sartrien et l’ensemble des concepts qui lui étaient liés, qui a préparé le vide culturel où s’est engouffrée progressivement l’idéologie française à partir des années 1980.
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 108
C’est cela qu’a été le structuralisme : la paix tranquille et résignée des grands cimetières, même emplis de verdure à l’américaine, ouverts à la méditation des gestionnaires de tous ordres.
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 109
À l’origine – c’est là le hic –, la méthode globale de lecture avait été recommandée par Henri Wallon (1879-1962), le plus grand psychologue français donc, communiste de surcroît pendant la dernière partie de sa vie, sur le patronage qu’il en trouvait lui-même chez Ovide Decroly (1871-1932), grand pédagogue belge, comme satisfaisant aux principes fondamentaux de la psychologie de la forme (Gestaltpsychologie), considérée comme plus juste que le béhaviorisme.
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
René Zazzo a exprimé clairement (Jalley passim) les très grosses difficultés qu’avaient rencontrées dès 1950 dans les milieux du pouvoir conservateur leurs activités rénovatrices (Plan Langevin-Wallon, Psychologie scolaire), au prétexte d’être stigmatisés l’un et l’autre comme des « communistes ».
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224
Les histoires d’enseignants abonnés à la méthode globale pure sont des contes farfelus inventés pour déconsidérer les instituteurs.
  • La Réforme du collège, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2015, p. 171 sur 224

Critique de la raison philosophique, 2017

La preuve par l'ordre et la mesure (Partie 1, volume 1)

On peut penser que si une crise de la philosophie exprime d’une certaine manière une crise plus basique de la vie sociale, elle y contribue et l’entretient également en retour. La première chose est plus banale, mais la seconde plus difficile à penser. Si Marx a raison de penser que l’infrastructure économique est en dernière instance déterminante, Hegel n’en a pas moins raison de considérer que la philosophie est la clef de voûte qui tient du haut tout l’édifice de la culture, au-delà même, avance-t-il, de la société civile et de l’État, au-delà de l’art et de la religion.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 18
On peut même dire que la grande parade du cirque de la philosophie structuraliste, dans les années 60, porte la responsabilité essentielle, sans oublier celle due à la perversité des pouvoirs politiques – d’abord responsable de la mise au rancart du plan Langevin-Wallon – , de la crise majeure et même létale de l’institution éducative en France.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 32 (p.33 in pdf)
Supposé que Marx ait eu raison d’avoir considéré l’économie comme la base de l’existence sociale, ce qui a été admis depuis par ses adversaires les plus acharnés, Hegel a probablement eu raison de son côté d’envisager la philosophie comme la clef de voûte de toute la culture d’une époque.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
Une période historique où la philosophie ne tient plus sa place est elle-même vouée à basculer dans les poubelles de l’histoire. Une époque a existé, qui s’est éteinte en grande partie déjà après la Première Guerre mondiale, où la philosophie éducative a été extrêmement vivace , avec les représentants de ce qui s’est appelé à l’époque le courant de l’École nouvelle : Dewey, Montessori, Decroly, Claparède, Ferrière, Makarenko, Freinet, Wallon.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 33
La psychologie, la psychologia , est un savoir d’importance stratégique maximale en ce qu’elle concerne le moi, le sujet, la personne, la personnalité, et donc tient plus ou moins sous son magistère, le sujet de l’éthique, et celui de toutes les sciences humaines et sociales, y compris comme déjà chez Aristote, l’économie, la politologie, les pratiques du langage et de l’expression.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 37
La « psychologie », dans la plus vaste extension du terme, peut donc prétendre pouvoir embrasser et recouvrir deux des trois objets principaux de la philosophie, ne laissant en dehors d’elle que la nature matérielle. En trucidant la psychologie, les sicaires des années 60 assassinaient donc indirectement la philosophie . Mais tel était bien par ailleurs leur objectif non dissimulé : remplacer la philosophie par la science (Lévi-Strauss, Althusser). Mais une science excluant par principe la psychologie, c’est là une entreprise qui pose de nouveaux problèmes : on se trouve devant la situation absurde d’avoir à réduire les SHS soit aux sciences de la nature, soit aux sciences formelles – ce qui sent de partout le forçage –, soit au mélange des deux, dont résulte un insupportable mélimélo. À cette propension de la psychologie à l’aliénation dans une Psychologie majuscule tient une certaine malédiction de la psychologie, comme associée à son prestige de droit, et qui est aussi celle de toute la philosophie , ce qu’a bien mis en évidence la critique féroce mais essentielle d’un Politzer (1927). Telle est l’histoire tragique du malheureux Faust, adonné au meilleur en même temps qu’au pire.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 38
Une philosophie de l’éducation, déjà inexistante en 1939, sauf le seul nom du philosophe Alain (1932) 22 , a laissé derrière elle une science de l’éducation à peu près aussi inexistante par la suite, en dehors des noms d’Henri Wallon, le plus grand psychologue français, et de son disciple René Zazzo. Ce qui représente, dans le spectacle de la culture française contemporaine, une sorte de symptôme scandaleux, dont l’irresponsabilité des philosophes pourraient bien porter justement… la responsabilité, et qui pourrait également ouvrir une porte jusqu’ici inconnue eu égard au diagnostic et au pronostic, sinon à l’étiologie, de ce que nous avons appelé à plusieurs reprises le cancer généralisé de l’éducation nationale. .
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
Assurément, une telle philosophie de l’éducation a existé dans une période bien antérieure à 1939 avec ce que l’on a appelé les conceptions de l’École Nouvelle (Dewey, Montessori, Decroly 1907, Claparède 1912, Ferrière 1921, Makarenko 1934, Freinet 1927, Piaget 1970 24 ). Qu’il existe des spécialistes aujourd’hui reconnus en sciences de l’éducation, tels Meirieu ou Snyders, on ne le nie pas, mais on n’a pas trouvé leurs noms dans le corpus de l’histoire de la philosophie entre 1957 et 2015.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 42
L’inversion de la conscience peut du reste s’entendre en plusieurs sens compatibles, qu’il s’agisse de l’inversion droite-gauche propre à l’image spéculaire, et métaphore pour Lacan de la structure d’illusion propre au registre de l’imaginaire, ou alors de l’inversion du type pieds en l’air-tête en bas, dont Marx taxe la marque idéaliste de la dialectique hégélienne.
Le propre de l’expérience de la conscience est dans les deux cas, que nul ne s’en doute, cela échappe, c’est refoulé, forclos, on n’y voit que du feu, ou goutte.

L’image de Marx est possiblement une glose où se trouve déplacée et remaniée une image elle-même célèbre du Timée de Platon : l’homme serait un être à vocation céleste, dont la tête serait les racines, à chercher son véritable terreau dans le ciel (90 d). Sauf que, ne le trouvant décidément pas, c’est dans la véritable terre matérielle que la tête choisit en définitive de venir s’enliser, gardant les pieds en l’air, tout le sens de l’existence en résultant alors inversé.

  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 1 (La preuve par l'ordre et la mesure), p. 71

La preuve par le discours médiatique (Partie 4, Volume 5)

L’homme serait fatigué parce qu’on lui demande de trop brûler, vibrer, résonner. Mais on pourrait soutenir exactement le contraire. L’homme est morne, parce qu’on lui demande de s’écraser, de subir, de ne plus rien éprouver, d’éviter « la prise de tête », comme le formule une expression courante, bête et vulgaire. C’est ce que l’on appelle l’éthique « cool ».
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 2, p. 63
L’abstentionnisme de la philosophie française depuis les années 1960, au moins dans la sphère des questions liées à l’école, à la formation de l’esprit, est un fait incontestable. À la question de l’école sont liées de proche en proche et dans le même nœud gordien celles de la laïcité, de la religion, de la société politique, de la justice économique et fiscale. Ne pensez pas que le moindre sujet de préoccupation du philosophe français contemporain soit le même que celui de Voltaire, d’« écraser l’infâme », ou de considérer, à l’instar de Hegel, que la conscience religieuse soit une forme du savoir encore aliénée et inférieure en dignité à la conscience philosophique, ou encore que la religion soit l’opium du peuple (Marx), ou encore une névrose collective de l’humanité (Nietzsche, Freud). Aussi bien les auteurs d’un tel message sont-ils devenus indésirables.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
C’est la thèse que j’ai adoptée moi-même dans La réforme du collège (L’Harmattan, 2015) : de crainte d’une révolte populaire réclamant l’application intégrale du programme du Conseil National de la Résistance (CNR, 1943 ; grèves de 1948), la bourgeoisie collaboratrice revenue au pouvoir a toujours poursuivi le dessein secret depuis les années 1950 de saborder l’enseignement, et de revenir sur les acquis de « l’état social » relatif installé tout de même malgré l’application incomplète de ce programme du CNR (nationalisations, sécurité sociale, code du travail). Cet acharnement à reprendre l’ensemble des conquêtes sociales concédées en 1936 et en 1945 traverse aujourd’hui encore, 70 années plus tard, toute la vie politique française, comme un véritable appétit de vengeance.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), chap. 5 (L’absentéisme à l’égard des tâches de l’éducation), p. 140
Il est clair que toute forme de création intellectuelle suppose la double condition (pardon… dialectique) de la liberté individuelle et de la stimulation collective. Cependant,  il n’est plus question depuis les années 1980 que du discours, s’écoutant parler comme le seul légitime, de l’« Évaluation par les pairs », en réalité de la cooptation par un système d’abrutissement et d’avilissement consentis, chapeauté par une nomenklatura dont les membres n’ont rien de « pair » à l’égard des animaux soumis à leurs procédures de sélection.
  • Critique de la raison philosophique, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, vol. 5 (La preuve par le discours médiatique), p. 240

Trajectoires - Autobiographie intellectuelle, 2017

Le concept postmoderne de la science se réduit, pour l’utilitarisme anglo-saxon régnant, à une base de technosciences efficaces, surmonté d’une superstructure idéologique, qui est ce qui s’appelle communément la « science ». Or, cette couche idéologique de la science se réduit à la doxa – l’opinion – platonicienne, étant entendu qu’il existe de l’opinion droite, c’est-à-dire de la doxa plus ou moins fondée, plus ou moins probable, admissible comme une « vérité » provisoire et relative.
  • Trajectoires - Autobiographie intellectuelle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38
De façon antinomique, il (n’) y a (de) science véritablement assurée (ni) de l’objet délimité et (pas plus) de l’objet total. Toute science d’un champ délimité d’objets se formule en représentations d’objets, et de la sorte réfère à la science du sujet, conscient-inconscient, qui n’est rien d’autre que la psychanalyse, à savoir la science fondamentale. Ni plus ni moins.
  • Trajectoires - Autobiographie intellectuelle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 38

Modèle de la circularité dialectique des savoirs:

Le savoir humain est comme un arbre (1), dont les racines puis le tronc sont les savoirs sur l’esprit inconscient (2) et conscient (3), les branches qui sortent de ce tronc (4) étant les sciences formelles, les sciences de la nature et les sciences de l’homme (5), le feuillage de l’arbre se formant alors de l’entrelacement de leurs applications techniques et pratiques particulières.

(1) Descartes, Hegel; (2) Freud, Lacan et col.; (3) Wallon, Piaget, Gesell et col., (4) Descartes, Hegel, Freud, Wallon, Piaget,

(5) Hegel, Marx et col.

  • Trajectoires - Autobiographie intellectuelle, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 8

En Mémoire de Gilbert Simondon, 2017

La méconnaissance de la culture postkantienne (VKBH : Von Kant bis Hegel) n’est, depuis les dernières décennies de l’activité philosophique, que l’autre versant d’une aliénation dans l’hyperempirisme technoscientiste nord-américain. Avec la résultante sans surprise d’une antidialectique, en compagnie de ses compagnons grimaçants, l'antihumanisme  et l’antipsychologisme comme rejetons persistants des années 1960, et dont l’ensemble affuble, au carnaval du tribunal médiatique, le fantôme de la philosophie française contemporaine du masque d’une réelle antiphilosophie. Pour ne pas parler enfin d’un antipédagogisme dont le sarcasme est devenu monnaie courante dans tels milieux journalistiques.
  • En mémoire de Gilbert Simondon, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2017, p. 236

L'histoire de la Bible et la philosophie, 2019

l’épistémologie se doit de demeurer attentive au fait que la dynamique de la contradiction se tient selon les cas aussi bien dans le réel que dans l’esprit.
  • L'histoire de la Bible et a philosophie, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, p. 43

L'économie au XXI siècle, 2019

Tome 1 - Analyse

Il y a aujourd’hui plein d’argent dans le monde, des montagnes d’argent, des Himalayas d’argent, plein les paradis fiscaux, dont les plus proches sont la Belgique, les Pays-Bas – surtout n’en parlez pas ! Le Luxembourg, Monaco (on savait un peu mieux). Et on demande aux gens, on leur explique qu’il serait raisonnable pour eux de travailler encore davantage. Et alors on se demande combien d’années il faudra encore pour que les gens aient d’abord envie de rire à écouter de pareilles sornettes. Avant d’avoir envie de se lever pour se montrer tout de même un peu plus… violents, faute d’être jamais entendus.
  • L'économie au XXI, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 27
Il semble que le mouvement des Gilets jaunes nous mette en présence d’un type de « contradiction » inscrite dans le réel lui-même (in natura, in re) et pas seulement dans l’esprit (in anima, in mente). La France est un pays d’une économie potentielle riche, dont les impôts sont les plus élevés au monde (48 %), mais où, partout où l’on peut, on ferme les services publics : postes, gares, services hospitaliers, écoles – encore n’est-ce jamais assez selon dans le bavardage médiatique des « experts en communication » – mais où surtout 60 (65 %) des gens laissent entendre qu’ils ne parviennent plus à remplir le frigo à partir du 20 du mois. 
Les « gens » (gentes) commencent à se demander dans leur bon sens manipulé par les sirènes publiques où passe tout de même tout cet argent. On apprend de-ci de-là qu’il existe des centaines, peut-être des milliers de sinécures qui gravitent dans les milieux du pouvoir avec des salaires de quelque 15 000 euros.
  • L'économie au XXI, Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2019, vol. 1 - Analyse, p. 28