Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Irakli Tsereteli

234 octets supprimés, 1 janvier 2017 à 21:43
m
aucun résumé de modification
'''[[File:Irakli Tsereteli.jpg|right|244x302px]]Irakli Tsérétéli'''<ref>[http://colisee.org/old/public//article/fiche/2087 Colisée : </ref>, parfois '''Irakli Tsereteli''' (en géorgien ირაკლი წერეთელი), né le 20 novembre 1881 à Koutaïssi en [[Géorgie_(pays)|Géorgie]] et mort le 20 mai 1959 aux [[États-Unis|États-Unis]], a été un homme politique [[Géorgien|géorgien]], appartenant au [[Parti_ouvrier_social-démocrate_géorgien|Parti ouvrier social-démocrate géorgien]], [[Menchevik|menchevik]], député à la II<sup>e</sup> [[Douma|Douma]], ministre du [[Gouvernement_provisoire_russe|Gouvernement provisoire russe]] de Petrograd, député à la [[Sejm|Sejm]] transcaucasienne de Tiflis et ministre plénipotentiaire de la [[République_démocratique_de_Géorgie|République démocratique de Géorgie]].{{#set:Date=20-11-1881|Date fin=20-05-1959}}
== Biographie ==
=== La jeunesse ===
Après ses études au lycée de [[Tiflis|Tiflis]], il étudie le droit à l'Université de Moscou de 1900 à 1902. Pris dans une manifestation estudiantine, il est déporté une première fois en Sibérie.
Après son retour, il se rapproche du [[Parti_ouvrier_social-démocrate_de_Russie|Parti ouvrier social-démocrate de Russie]] et rejoint en 1903 la tendance [[Menchevique|menchevique]] dont il devient l'un des leaders&nbsp;: il assure l'éditorial du journal ''Kvali''.
Pour échapper à une nouvelle déportation, il s'exile en [[Allemagne|Allemagne]] et en revient lors de la [[Révolution_russe_de_1905|Révolution russe de 1905]].
=== Homme d'État russe ===
En mars 1907, il est élu député social-démocrate à la II<sup>e</sup> [[Douma_d'État_de_l'Empire_russe|Douma d'État de l'Empire russe]] accordée par l'empereur [[Nicolas_II_de_Russie|Nicolas {{II}}]], mais bientôt dissoute&nbsp;: il s'y est affirmé comme l'un des chefs de l'opposition et est condamné à la déportation en Sibérie, pour la seconde fois.
La [[Révolution_de_Février|révolution de Février]] 1917, le surprend à [[Irkoutsk|Irkoutsk]], où il est élu président du soviet local, avant de rejoindre [[Petrograd|Petrograd]].
Aux côtés de [[Nicolas_Tchkhéidzé|Nicolas Tchkhéidzé]]<ref>[http://colisee.org/old/public//article/fiche/2084 Colisée : </ref>, il œuvre au sein du Comité exécutif du [[Soviet_de_Petrograd|Soviet de Petrograd]] (qui deviendra le Soviet des soviets de toutes les Russies) afin de soutenir le [[Gouvernement_provisoire_(Russie)|Gouvernement provisoire]] et de contenir la pression [[Bolchévique|bolchévique]]. Le 12 mars, il participe à l'accueil de [[Lénine|Lénine]], l'enjoignant dans son discours à respecter la légalité.
En mai 1917, sous l'autorité d'[[Alexandre_Kerensky|Alexandre Kerensky]], il devient ministre des Postes et Télégraphes, puis ministre de l'Intérieur du [[Gouvernement_provisoire_(Russie)|Gouvernement provisoire]].
=== Homme d'État géorgien ===
En mai 1918, de retour à [[Tiflis|Tiflis]], l'honneur lui revient de tenir le discours de retrait de la [[République_démocratique_de_Géorgie|Géorgie]] de la [[République_démocratique_fédérative_de_Transcaucasie|République démocratique fédérative de Transcaucasie]] devant les représentants arméniens, azerbaïdjanais et géorgiens de l'Assemblée parlementaire provisoire transcaucasienne, dite [[Sejm|Sejm]] transcaucasienne.
En janvier 1919, il est nommé vice-président de la délégation géorgienne à la Conférence de la Paix de Paris, aux côtés de [[Nicolas_Tchkhéidzé|Nicolas Tchkhéidzé]], et traite à ce titre avec les représentants de [[Georges_Clemenceau|Georges Clemenceau]], [[David_Lloyd_George|David Lloyd George]], [[Vittorio_Orlando|Vittorio Orlando]] et [[Woodrow_Wilson|Woodrow Wilson]].
En février 1919, il est nommé ministre plénipotentiaire du {{3e|3<sup>e</sup> gouvernement}} homogène social-démocrate de la [[République_démocratique_de_Géorgie|République démocratique de Géorgie]].
En mars 1921, devant l'invasion militaire du territoire géorgien par la [[RussieRussie_soviétique|Russiesoviétique]] soviétique, il se réfugie à Constantinople, puis en [[Émigration_géorgienne_vers_la_France|France]], avec la quasi-totalité des dirigeants politiques de son pays.
=== Exilé en France ===
=== Exilé aux États-Unis ===
En 1948, en pleine [[Guerre_froide|guerre froide]], il décide de partir pour les États-Unis, où une université américaine lui propose de mener des travaux historiques. Il y meurt en 1959, mais selon ses dernières volontés, ses cendres sont inhumées au [[Carré_géorgien_du_cimetière_de_Leuville-sur-Orge|carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge]], en France<ref>[http://www.samchoblo.org/carre_georgien.htm Luc Méloua : </ref>.
=== L'homme ===
*[http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/RUStsereteli.htm, John Simkin, biographie d'Irakli Tsérétéli, consultée en juin 2013].
  [[Category:Russie / URSS]][[Category:Marxistes]][[Category:Géorgie]]

Menu de navigation