Révolution portugaise de 1974-1975

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Révolution-des-Oeillets.jpg

La révolution des Œillets au Portugal (1974-1975) est le grand mouvement qui met fin à la dictature salazariste, et, du point de vue de la révolution socialiste, une occasion manquée.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

En ces années-là, le Portugal est toujours sous la coupe d'un régime fasciste, instauré en 1933 par Salazar, mais celui-ci est fragilisé :

  • par les guerres contre les mouvements de libération nationale de ses colonies (Mozambique, Angola, Guinée-Bissau, Sao Tomé et Principe, le Cap-Vert) qui lui coûtent de plus en plus cher,
  • par la division de la classe dirigeante, qui se traduit par les hésitations du premier ministre Marcelo Caetano (successeur de Salazar en 1968),
  • par l'absence d'appui dans la population.

Les événements[modifier | modifier le wikicode]

Conspiration de militaires libéraux[modifier | modifier le wikicode]

La date du 9 septembre 1973, cent trente-six officiers de l'armée portugaise se réunissent. Ils discutent de revendications professionnelles, dans un esprit de corporation menacée.

Deux mois plus tard ils préparaient un coup d'État contre la dictature du général Caetano. C'était un secret de polichinelle : le commandant de la région militaire d'Evora avait pris note des numéros d'immatriculation des voitures qui avaient amené les participants à la réunion. Mais la police secrète du régime, la Pide, n'avait pas l'habitude d'agir contre ses propres alliés, les militaires, ce deuxième pilier du régime...

La dictature s'efface devant la "Révolution des Œillets "[modifier | modifier le wikicode]

Le 14 mars 1974, les généraux jurent fidélité aux chefs de la dictature. Une "fausse alerte" de révolte militaire a lieu deux jours plus tard.[1] Caetano est persuadé à cette époque de l'inéluctabilité de son revnersement.

Le 25 avril 1974, la "révolution des oeillets"[2] triomphe presque sans le moindre heurt.[3] Caetano est exilé au Brésil. La dictature s'effaça donc sans grande résistance.

Cette chute allait plonger la société portugaise, atomisée, dépendante, subordonnée dans une crise pré-révolutionnaire que l'on peut découper en trois grandes périodes.

La période des généraux[modifier | modifier le wikicode]

La première période fut celle des généraux. Le général Spinola, qui avait énoncé ses projets dans un livre, "Le Portugal est l'avenir", occupa le pouvoir comme si celui-ci lui était naturellement destiné. Les capitaines se soumirent, fidèles au sens de la discipline et de la hiérarchie. Mais les discussions sur le programme du Mouvement des Forces Armées (MFA) allaient être rapidement dépassées par les événements.

Très vite, la mobilisation populaire entame en effet la libération de tous les prisonniers politiques et exige la fin des hostilités dans les colonies et le rapatriement des troupes d'outre-mer. Le projet de Spinola était tout différent. Le général voulait barrer la route à un pouvoir multipolaire dans lequel les rapports de forces se seraient décidés entre la junte, le MF A, les initiatives populaires et celles des partis. Son projet était un projet de continuité organique du régime. il visait seulement, par une ouverture temporaire, à lâcher une partie de la pression sociale et politique.

Le discours de Spinola lors de la prise du pouvoir était très clair à ce sujet: le général déclara en effet que "le destin des territoires d'Outre-mer devrait être décidé par tous ceux qui considéraient ces territoires comme les nôtres" et que la présidence allait garantir "la survie de la Nation souveraine comme un tout pluricontinental". Mais ce projet d'État fort échoua, faute de légitimité. Spinola se réfugia en Espagne, d'où il lança une campagne terroriste. Aujourd'hui il est maréchal tandis que son compère Mellos est banquier...

La période des capitaines[modifier | modifier le wikicode]

Mais n'anticipons pas, la deuxième période fut celle des capitaines. Après l'échec de Spinola, on vit se constituer une étrange pouvoir militaire à géométrie variable. il s'adapta avec souplesse aux accords entre partis, prit des mesures économiques d'urgence, élabora des réponses aux pressions sociales qui se focalisaient autour des occupations de terres par les paysans pauvres et des occupations de fabriques par les ouvriers. il prit même des mesures défensives contre le sabotage économique d'un patronat rétrograde, pour pouvoir résister à la montée impétueuse des revendications et des actions populaires. C'est de
cette époque que datent toute une série d'acquis tels que les nationalisations de terres et d'entreprises, que les gouvernement ultérieurs s'acharnèrent à démanteler, sous la houlette de la social-démocratie.

La fragilité des structures sociales était le fait dominant dans cette situation sans précédent. Comme le dictateur déchu devait l'expliquer lui-même, dans un livre publié au Brésil où il s'était réfugié: « La bourgeoisie portugaise, habituée à jouir d'un climat de paix durant plus d'un demi-siècle, sous la protection des nombreuses institutions qui lui servaient de tuteur, n'avait pas d'esprit combatif et ne semblait pas agir pour défendre les principes qu'elle disait professer".

Les spinolistes financèrent et impulsèrent des partis bourgeois, le PPD (Parti Populaire Démocratique) et le CDS (Centre démocratique et Social), mais ces partis étaient si marginaux et si mal articulés sur le pouvoir politique qu'ils n'avaient guère de capacité de manoeuvre sociale. De l'autre côté, les partis de la gauche institutionnelle ne canalisaient pas non plus les mobilisations et ne contrôlaient pas la dynamique sociale.

Cette déshérence permanente des partis conféra une grande autorité au Mouvement des Forces Armées (MFA) qui, auréolé du prestige du coup d'État, put jouer un rôle de premier plan pour tenter de canaliser les multiples pressions sociales en s'y adaptant.

Le phénomène MFA

Minoritaire au sein de la hiérarchie militaire, sans projet cohérent, le mouvement des capitaines vivait de ses propres illusions. Il ambitionnait de créer "un appareil d'État à base populaire". Son document programmatique détaillait une véritable géographie
des pouvoirs populaires, de la base au sommet, à laquelle aucun signataire ne croyait évidemment. Le MFA discuta en profondeur ces thèses, totalement inédites pour des militaires. A telle enseigne que le conflit social finit par éclater au sein de
l'armée.

La période des soldats[modifier | modifier le wikicode]

Ainsi s'ouvrit la troisième période de la révolution portugaise, celle des soldats. Ce fut la période la plus courte, qui dura l'espace d'un printemps au cours duquel les soldats se manifestèrent tandis que le MFA se dissolvait en diverses fractions. Le Président
décréta l'État de siège à Lisbonne. Des centaines de soldats bouclèrent la ville, des centaines d'ordres furent donnés pour tenter de contrôler une armée dans laquelle plus personne ne savait quoi faire.

Mais la bataille pour un changement social en profondeur était déjà perdue, et la stabilisation du Portugal capitaliste sous un régime "démocratique" était déjà en bonne voie. La chance a été manquée par manque de capacité de mobiliser un front uni des travailleurs, et aussi parce qu'il aurait été nécessaire de développer et d'approfondir un processus de mobilisation populaire condensant les expériences concrètes de démocratie directe, de participation et d'action immédiate des habitants des quartiers et des organisations de travailleurs.

Le 25 novembre 1975 marque le point final de la montée pré-révolutionnaire et la victoire de la contre-révolution "démocratique". La question centrale de la période ouverte par le 25 avril 1974 fut la désynchronisation entre les rythmes de développement de la crise des appareils d'État et de la mobilisation/organisation des classes sociales. Cette distance a marqué tous les conflits, mais elle a aussi donné une légitimité au conflit: la fragilité des appareils de répression et la contradiction entre les organes de décision, décentralisés du fait des luttes de tendance au sein du MFA, a ouvert tout un champ d'action aux mouvements populaires et, dans certains cas, a stimulé les initiatives. Mais elle a aussi aggravé les illusions sur l'appareil d'État, notamment sur certains secteurs des forces armées.

Leçons stratégiques[modifier | modifier le wikicode]

Le problème que cette réalité nous pose aujourd'hui est de comprendre que l'augmentation de la marge d'autonomie réelle de l'État face à la société dans une situation de confrontation généralisée peut être un instrument efficace pour l'absorption des conflits.

De la sorte, l'expérience portugaise s'inscrit en faux contre les théories de la gauche réformiste institutionnelle, qui voit l'occupation de parties de l'appareil d'État comme stratégie de transformation sociale. Elle s'inscrit en faux aussi contre des théories plus sophistiquées, prétendant que l'État, au sens marxiste du terme, c'est-à-dire en tant qu'instrument de coercition au service de la dictature plus ou moins ouverte du capital, n'existait plus pendant la révolution portugaise.

L'État portugais n'était certes plus capable de jouer son rôle de coercition et de répression, mais il gardait son hégémonie sur la société, et cette hégémonie faisait barrage à une organisation populaire alternative. Cet État délabré, divisé, n'en montra pas moins sa capacité d'initiative, de résorption des conflits, d'absorption des fractures sociales.

Le 25 novembre 1975, qui marque la fin de la période pré-révolutionnaire dans le pays et la victoire de la "contre-révolution démocratique", est la démonstration chimiquement pure du pouvoir propre de la superstructure étatique, et de son rôle décisif dans le maintien du système capitaliste.

Les crises révolutionnaires ne durent pas éternellement. Tant que la classe dominante garde son appareil d'État, et si délabré que soit celui-ci, elle garde en même temps la possibilité de rasseoir son pouvoir dès que la mobilisation de la classe ouvrière s'essouffle. Du coup, elle garde aussi la possibilité de récupérer tous les acquis qu'elle a dû concéder aux masses pour éviter l'irréparable.

C'est ce que la classe dominante portugaise s'est employée à faire à partir de l'automne 1975, jusqu'au jour d'aujourd'hui. Sous la houlette de la social-démocratie d'abord, en se passant des services de celle-ci ensuite.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Elle est annulée, mais le contre-ordre tarde à parvenir à Calda da Rainha, de sorte que des militaires marchent sur Lisbonne, où tout se résout sans grandes émotions.
  2. Lorsque la population se joint dans la rue aux militaires insurgés, les marchés sont alors très fournis en oeillets. Des soldats en mettrons dans le canon de leur fusil, d'où le nom populaire de cette
  3. Seule la police politique PIDE tente un moment de résister, causant six morts.