Lobbying en France

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le lobbying (ou "groupes de pression") est l'influence du patronat ou des financiers sur le gouvernement. Plus ou moins assumé selon les pays, il éclate souvent en France sous forme de "scandales" venant troubler le fonctionnement normal de la République, alors qu'il ne fait que révéler ponctuellement la nature de l'Etat bourgeois.

1 Exemples[modifier | modifier le wikicode]

🚧 Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
  • 1993 | Mouvements de fons occultes entre la Lyonnaise des eaux et le RPR (Juppé...)
  • 1994 | Le marché des HLM de Paris fait scandale, impliquant la SAR, le RPR, la Générale des Eaux... Justice corrompue aussi (affaire du beau père du juge Halphen...)
  • 1995 | Encore des affaires avec les HLM (des Hauts de Seine), toujours des financements du RPR (Pasqua, Balkany...) et l'UDF' contre attribution de marché.
  • 1997 | La Chambre régionale des comptes dénonce les "cadeaux" dont ont bénéfcié les grands du BTP. La corruption touche aussi les "écolos" (AED).
  • 1999 | Entente découverte entre au moins sept sociétés du BTP (Bouygues, Fougerolles, Dumez...).
  • 2000 | Eclaboussures sur le PS (Dominique Strauss-Khan...)
  • 2004 | L'Association nationale des industries alimentaires (ANIA) obtient du Sénat une réduction de 5 à 1,5% de la taxe sur les pub qui va à l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES).
  • 2005 | Le lobby pharmaceutique LEEM grapille une réduction de 1,96 à 1,5% de la taxe sur leur chiffre d'affaire, au détriment donc de la sécurité sociale.
  • 2005 | Durant les débats sur le numérique (DADVSI...) les représentants de Virgin et de la Fnac proposaient des cartes prépayées de téléchargement musical aux députés.
  • 2006 | Pendant la coupe du monde de football (et aussi pendant l'affaire de la privatisation d'EDF et de la fusion EDF-Suez) Suez offrait des places... aux députés.
  • 2006 | Le parlement européen passe la directive "Télévision sans frontière" qui autorise à faire de la pub pour des marques dans les films et les séries, qui augmente la pub à la télé de 9 min à 12 min par heure, et rabaisse de 45 à 30 minutes la durée minimale entre deux séquences pub dans une émission d'infos ou pour enfants.
  • 2007 | Les lobbies neutralisent - sans surprise - le "grenelle de l'environnement"
  • 2012 | 59 voyages à l'invitation de tiers et 12 cadeaux de plus de 150 euros (dont un robot-mixeur culinaire et une cravate de luxe) ont été déclarés par les députés à la déontologue de l'Assemblée
  • 2013 | Deux députées postent sur Twitter des photos des colis reçus de la part de Mondelez, géant de l'industrie agroalimentaire[1].
  • 2013 | La Fédération des industries mécaniques (FIM) est satisfaite d'un certain nombre d'assouplissements de la réglementation sur les installations classées publiés au Journal officiel du 24 décembre 2013. « C’est l’aboutissement d’un long travail de lobbying de la FIM », rappelle France de Baillenx, directrice de l’environnement de la FIM.[2]
  • 2014 | Emmanuel Macron, ancien banquier d'affaires chez Rothschild, devient ministre de l'économie du gouvernement PS[3]
  • 2015 | Le système des garnanties financières, qui a laborieusement commencé à être appliqué suite au scandale de Metaleurop, est largement allégé[4].
  • 2015 | François Villeroy de Galhau, ex-directeur général délégué de BNP Paribas, va devenir président de la Banque de France[3]

2 Le Droit et le lobbying[modifier | modifier le wikicode]

Le lobbying est censé être combattu par le Droit français.

Depuis 2011, les députés doivent déclarer "tout don ou avantage d'une valeur supérieure à 150 euros" (et "tout voyage accompli à l'invitation, totale ou partielle, d'une personne physique ou morale").

Un certain nombre de lobbyistes professionnels, ou "représentant d'intérêts", sont enregistrés officiellement auprès de l'Assemblée nationale[5].

🚧 Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

3 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]