Tactique et stratégie

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La différence entre tactique et stratégie est souvent utilisée, à partir du domaine militaire, dans la politique.

« Par tactique, en politique, nous enten­dons, par analogie avec la science de la guerre, l'art de mener des opérations isolées; par stratégie, l'art de vaincre, c'est-à-dire de s'emparer du pouvoir. »[1]

La stratégie, pour les communistes révolutionnaires, c'est avant tout ce qui concerne l'objectif général de renverser le capitalisme et la bourgeoisie. C'est pourquoi les marxistes considèrent souvent que des désaccords d'ordre stratégiques tracent une ligne de distinction fondamentale entre réformistes et révolutionnaires.

« La social-démo­cratie avait une tactique parlementaire, syndicale, municipale, coopérative, etc. La question de la combinaison de toutes les forces et ressources, de toutes les armes pour remporter la vic­toire sur l'ennemi, ne se posait pas à l'époque de la II° Interna­tionale, car cette dernière ne s'assignait pratiquement la tâche de la lutte pour le pouvoir. »[1]

En revanche, au sein d'un même parti révolutionnaire, il peut exister de nombreux avis différents sur les tactiques qui sont les plus adaptées à une situation donnée. Celles-ci relèvent du débat démocratique, des tests en commun qui doivent être faits, avec des bilans critiques. Quand la situation politique connaît objectivement de brusques tournants, il est nécessaire - pour que le parti reste en phase avec les expériences que vivent les masses - d'opérer un tournant tactique. Fréquemment, cela créé des difficultés au sein des partis :

« Il arrive trop souvent qu'à un tournant brusque de l'histoire les partis avancés eux-­mêmes ne puissent, pendant un temps plus ou moins long, se faire à la nouvelle situation, répètent les mots d'ordre qui, justes hier, ont aujourd'hui perdu tout leur sens, et cela aussi "sou­dainement" que le tournant historique a été soudain. »[2]

Notes

  1. 1,0 et 1,1 Trotsky, Les leçons d'Octobre, 1924
  2. Lénine , A propos des mots d'ordre, juillet 1917