Pensée petite-bourgeoise

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La pensée petite-bourgeoise, hâtive et superficielle, est définie par opposition à la pensée scientifique, rigoureuse et dialectique.

C'est suite à la polémique envers Pierre-Joseph Proudhon sur La philosophie de la misère que les propos de Karl Marx conduisent à mettre en lumière l'opposition entre ces deux types de pensée. Cet ensemble sera repris par Alexandre Zinoviev de façon plus comtemporaine.

Contrairement aux accusations, hâtives et superficielles, de « petit-bourgeois » dans les moments de schizophrénie et de paranoïa lors des crises historiques du XX (1914-1945; 1952-1984), l'expression de « Pensée petite-bourgeoise » est encadrée de manière rigoureuse et dialectique quand bien même acerbe.

Karl Marx ou la misère de la philosophie

1_ Sur les conceptions qui ne sont pas rigoureusement scientiques en économie politique :

Il veut planer en homme de science qu dessus des bourgeois et des propriétaires; il n'est que le petit bourgeois, balloté constamment entre le capital et le travail, entre l'économie politique et le communisme.

2_ Sur la préférence de l'illusion de la philosophie spéculative à la dialectique scientifique :

Au lieu de saisir les catégories économiques comme des expressions de rapports de production historiques qui correspondent à un niveau donné du développement de la production matérielle, sa divagation les transforme en idées éternelles, préxistantes.

Alexandre Zinoviev ou le communisme comme réalité

1. « D'un point de vue petit-bourgeois quelque chose de normal et naturel est "quelque chose" de bien. ce type de pensée ne fait pas de différence entre l'appréciation subjective des phénomènes et leur qualités objectives.  » (éd. Julliard/L'Age d'Homme, 1981, p. 35) 
2. « L'homme qui pense en petit bourgeois remarque les faits directement observables et en tire aussitôt sans la moindre analyse des généralisations hâtive. Ses jugements sont subjectifs, c-à-d, qu'ils portent la marque de ses penchants personnels » (p. 35)
3. « La pensée petite-bourgeoise prétend voir ses résultats directement confirmés par les faits observables. La pensée scientifique au contraire sait que ses résultats ne coïncident pas directement avec les faits observables. Ils ne fournissent que des moyens à l'aide desquels on peut expliquer les faits concrets et les prédire.  » (pp. 35-36)
4. « Le petit-bourgeois est enclin à faire passer ce qu'il ressent pour la vérité. » (p. 36)
5. « Cette façon qu'ont les esprits petits-bourgeois de confondre leurs appréciations subjectives avec la situation objective va tellement loin que la majorité des notions utilisés dans les conversations roulant sur des problèmes sociaux ont actuellement perdu leur caractère scientifique pour devenir de simples expressions d'estimation. » (p. 37)

Bibliographie

  • Marx, K (1847). Misère de la philosophie. (En ligne : www.marxists.org/francais/marx/works/1847/06/km18470615.htm)
  • Schwab, C. (1990). L'Héritage de Karl Marx (chap. 2.3). In Claude Schwab, Alexandre Zinoviev: résistance et lucidité. L'Âge d'Homme.
  • Zinoviev, A. (1981). Le communisme comme réalité. L'Âge d'Homme.